bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

église Notre-Dame des Vertus (Aubervilliers) [001s001]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Code du site Mérimée : PA00079927

Appellation : église Notre-Dame des Vertus

Commune : Aubervilliers
Adresse(s) : 1 rue de la commune de Paris

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Inconnu
Année de la découverte ou de l'enquête : ca 1960
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 30/06/1997
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : structuré
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation

Description : A-L’église Saint-Christophe et Notre-Dame est attestée au début du 13e siècle quoique sa titulature suggère une origine carolingienne. En 1242, c’est une chapelle rattachée à Saint-Marcel de Saint-Denis. Elle est érigée en paroisse au début du 14e siècle à la présentation du prieur de Deuil. Selon Coyecque 1905, la première mention du vocable Notre-Dame-des-Vertus date de 1547, mais la thèse est discutée par Dessain 1991. La nef et le choeur date de la fin du 15e siècle ou du début du 16e siècle. Un campanile est édifié en 1541 et rattaché à l’église par aggrandissement de la nef en 1616-1621. la façade date de 1628. La cure est transmise aux Oratoriens en 1618; ceux-ci s’installent en 1623 dans des bâtiments qui leurs sont cédés par François II de Montholon. L’établissement est ultérieurement connu sous le nom de maison de l’Oratoire. En 1623-1624, il est fait mention d’un petit cimetière situé proche la porte de l’église. C’est alors qu’est aménagé le grand cimetière, à l’ouest de la rue de Paris. Une croix y est attestée en 1740. Le petit cimetière est toutefois mentionné jusqu’en 1656. A partir de 1621-1636, l’église est flanquée au sud par les bâtiments de l’Oratoire. Le "Plan du terroir de Saint-Denis en France" d'Inselin (1708) figure ainsi trois corps de bâtiments autour d’une cour, limitée par l’église sur son quatrième côté; la valeur de ce document pour la représentation des bâtiments doit toutefois être largement relativisé. Au 18e siècle, le culte de saint Jacques le Mineur est associée à celui de la Vierge. L’église se présente aujourd’hui sous la forme d’un bâtiment rectangulaire avec une nef, des bas-côtés et un chevet droit amorti aux angles par un pan coupé; il y a huit travées, les deux dernières forment le choeur. Les piliers, cantonnés de quatre colonnes, recoivent sur des chapiteaux décorés de feuillage et d’animaux les retombées d’une voûte à liernes et tiercerons dont les branches retombent en pénétration dans le pilier; sur des chapiteaux peu saillants, mais plus bas, reposent les arcs brisés des grandes arcades à trois ressauts successifs. Les bases des piliers sont peu élevées. Les voûtes des bas-côtés sont barlongues; les branches d’ogives et les doubleaux s’appuient sur les chapiteaux bas des colonnes de la nef et sur ceux des colonnes correspondantes engagées dans les murs gouttereaux. Une avant-nef sous tribune, de la largeur du portail, est accostée au sud et au nord par des sacristies. A l’extérieur, la tout qui s’élève à hauteur de cet avant-nef est massive; elle est percée au premier étage d’une fenêtre, au troisième d’un oculus et au quatrième de longues baies. La façade Renaissance, dont le fronton accosté de consoles à enroulements porte au centre une statue de la Vierge. En élévation, des contreforts s’élèvent entre les fenêtres, piliers carrés surmontés d’un petit toit en bâtière. L’église n’a, à l’évidence, jamais été achévée, le choeur n’ayant pas été construit. Guilhermy 1875 signale l’existence, sur une petite cloche, suspendue au-dessus du chevet de l’église, d’une inscription allemande qui nous apprend qu’elle se nomme Marie et qu’elle fut fondue en 1455. De petites fleurs de lis sont gravées dans les intervalles des mots. Cette cloche provient peut-être de quelque église alsacienne; déplacée pendant la Révolution et rachetée par la fabrique d’Aubervilliers. L’église Notre-Dame pourrait être le théâtre d’un pèlerinage à partir de 1338, mais cette thèse est discutée par Dessain 1988 qui considère qui s’agit d’une invention de la fin du 15e siècle.
B-Des ossements humains ont été découverts au sud de l’église, passage Saint-Christophe, dans des circonstances inconnue. Situées dans le petit cimetière, ces ossements seraient antérieurs au milieu du 17e siècle.
C-Des ossements auraient été mis au jour devant l’église dans des circonstances inconnues.
D-Des ossements humains ont été observés dans la coupe d'une tranchée creusée en face de l’église, dans l’emprise du Grand cimetière.


indexation matière :
indexation chronologique :
08 : moyen age
  --- 08.01 : haut moyen age
    --- 08.01.03 : 8e siècle
    --- 08.01.04 : 9e siècle
    --- 08.01.05 : 10e siècle
  --- 08.02 : moyen age classique
    --- 08.02.01 : 11e siècle
    --- 08.02.02 : 12e siècle
    --- 08.02.03 : 13e siècle
  --- 08.03 : bas moyen age
    --- 08.03.01 : 14e siècle
    --- 08.03.02 : 15e siècle
09 : époque moderne
  --- 09.01 : 16e siècle
  --- 09.02 : 17e siècle
  --- 09.03 : 18e siècle
10 : époque contemporaine
  --- 10.01 : 19e siècle
  --- 10.02 : 20e siècle
  --- 10.03 : 21e siècle
    --- 10.03.01 : 1ère moitié 21e siècle
      --- 10.03.01.01 : 1er quart 21e siècle

dossier(s) rattaché(s) :
001s014  ---  001s001

protections MH:

Code protection : 001p04
Mode : classement MH
Date de mise en place : 1908/07/17
Objet : Ensemble de l'édifice.
Notice complète : église Notre-Dame des Vertus - classement MH (1908/07/17) - Aubervilliers [001p04]


Iconographie : cliquez ici pour voir toute l'iconographie se rapportant à ce site


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas