bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

église Notre-Dame (Le Blanc-Mesnil) [007s006]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Appellation : église Notre-Dame

Commune : Le Blanc-Mesnil
Adresse(s) : Ferme Notre-Dame

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Tanneur Alain
Année de la découverte ou de l'enquête : 1978
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 24/10/1995
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : structuré
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation

Description : A-L’église Notre-Dame est attesté en 1263 mais pas dans le pouillé du 13e siècle. Le statut d’église paroissiale n’est assurée qu’à partir de 1352. Le présentateur est le prieur de Deuil. L’église est le lieu de pèlerinage des orfèvres parisiens du 14e au 17e siècle. Rebâtie en 1353, elle est alors connue sous le vocable de Notre-Dame des Orfèvres. Elle est restaurée en 1447 et en 1585. Lebeuf 1755 la décrit comme une petite église ornée d’une petite tour sur le devant et terminée par un lambris en forme de voûte sans aucun collatéraux. Le plan cadastral de 1819 figure un édifice rectangulaire de 26 m sur 13, effectivement précédé d’une tour et flanquée au sud du choeur d’une petite annexe. Le cimetière s’étend tout autour de l’église, sur une parcelle trapézoidale. Au début du 19e siècle, c’est le curé d’Aulnay qui dessert la paroisse. L’église est démolie entre 1818 et 1823 et le cimetière désaffecté en 1823.
B-Le décapage sans surveillance, en 1978,d’une trentaine de m2 de cimetière, au nord de l’église, a occasionné la destruction d’une quarantaine d’inhumations. Deux sépultures situées à la base de la coupe ont été observées, mais n’ont pu être fouillées. Découverte d'une monnaie datée de 1385 et de fragments de tuiles antiques à rebords.
C-Fouille, en 1978, de cinq inhumations en linceul et cercueil datables, pour la plus ancienne du 15e siècle, pour la plus récente du début du 19e siècle. Ces sépultures ont été découvertes dans un sondage de 4 m sur 4 dont la fouille n’a pas été achevée. Ce sondage n’est pas situé sur le plan de fouille doné par Sauvage 1894. Il devait se situer à une dizaine de mètres au nord de l’église. Découvertes d'épingles de linceul en bronze et argent.
D- Trois sondages réalisés en 1981 révèlent les murs de la chapelle, larges de 0,80 m, auxquels sont accolés quatre contreforts. Un quatrième sondage, le long du mur nord de la chapelle, livre la stratigraphie suivante : un remblai de cimetière contenant des sépultures orientées comme la chapelle, difficilement datables mais apparement comprises entre le 14e et le 18e siècle; un sol en pierres calcaires liés au plâtre dont les occupations (?) contiennent de la céramique du &ée siècle; plusieurs sépultures dont l’orientation est différente de celle des inhumations plus récente. Deux sondages réalisés à l’intérieur de l’église permettent de retrouver le sol, mais révèlent également un mur flanqué de deux contreforts. D’une orientation identique à celle de la chapelle, il pourrait correspondre à un état antérieur de celle-ci. Dans l'un de ces sondages, trois inhumations dont une en cercueil de bois, ont été observées en coupe; dans l'autre, les vestiges d’un deuxième sol, en plâtre, ont été mis en évidence. Le mobilier associé aux sépultures médiévales et modernes est peu abondant : épingles de linceul en bronze et argent, monnaies du 14e au 18e siècle. Des tessons du 12e siècle se trouvaient dans l’occupation (?) du sol extérieur. L’une des sépultures située sous ce sol a livré un lissoir en verre vraisemblablement carolingien. Les remblais du sondage 6 contenait des fragments d’enduits peints à motifs véfétaux, avec une gamme de couleurs associant le jaune, le rouge, le brun, le vert-jaune. Des fragments de tuiles antiques ont été retrouvés dans les sondages; cetains avaient été réutilisés dans le sol le plus ancien.
E-L’une des tranchées d’un diagnostic réalisé en 1999 concernant essentiellement les terrains situés au nord-est de l’église a été réalisée dans la largeur de celle-ci. Des vestiges du mur sud, en moellons gyspeux et calcaires liés au plâtre et à la terre ont été repérées; au nord, un sol de plâtre reposant directement sur le substrat limoneux a été observé sur 2,2à m de large. 2 fosses d’inhumations ont également été identifiées, sans être fouillées; l’une apparaissait en coupe à 0,90 m de profondeur, l’autre se distinguait sur le fond de la tranchée à 1,30 m de profondeur.


indexation matière :
indexation chronologique :
08 : moyen age
  --- 08.02 : moyen age classique
    --- 08.02.02 : 12e siècle
    --- 08.02.03 : 13e siècle
  --- 08.03 : bas moyen age
    --- 08.03.01 : 14e siècle
    --- 08.03.02 : 15e siècle
09 : époque moderne
  --- 09.01 : 16e siècle
  --- 09.02 : 17e siècle
  --- 09.03 : 18e siècle
10 : époque contemporaine
  --- 10.01 : 19e siècle
    --- 10.01.01 : 1ère moitié 19e siècle
      --- 10.01.01.01 : 1er quart 19e siècle

dossier(s) rattaché(s) :
007s000  ---  007s006

Iconographie : cliquez ici pour voir toute l'iconographie se rapportant à ce site


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas