bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

prieuré de Gournay (Gournay-sur-Marne) [033s004]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Appellation : prieuré de Gournay

Commune : Gournay-sur-Marne
Adresse(s) : 7-15 rue Emile Boisseau

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Métrot Pascal
Année de la découverte ou de l'enquête : 1995
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 21/10/1995
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : sans objet
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation

Description : A-En 1098-1099, Gui le Rouge de Montlhéry, comte de Rocherfort, et sa femme Aélis, donnent l’église Notre-Dame et Saint-Jean l’évangéliste au prieuré Saint-Martin-des-Champs. Une communauté y est sans doute déjà établie. Au 13e siècle, le prieuré fondé auprès de l’église compte environ 25 moines. En 1209-1210, Herbert, prieur de Gournay, assure à Robert le Fevre et à sa femme Aélis qu’ils seront inhumés dans le cimetière de la communauté. En octobre 1251, Pierre, prieur de Gournay, abandonne à ses moines une pièce de saussaie contigue au dortoir du prieuré et allant jusqu’à la Marne pour y creuser un vivier. En juillet 1258, Pierre, prieur de Gournay, affecte une grange et son pourpris, situés près de la porte du prieuré, aux usages de la pitancerie. A la fin du 18e siècle, il n’y a plus qu’un chapelain. L’établissement est supprimé à la Révolution. Un procès verbal de visite daté de de 1771 décrit précisément les lieux. On accède au prieuré depuis la grande rue par une avenue à quatre rangées de tilleuls débouchant, face à l’entrée, sur une esplanade semi-circulaire plantée de même. Dans une première cour, à gauche, se trouve un bûcher; à droite, une remise, une écurie; dans le prolongement de ceux-ci, mais dans une seconde cour, un bûcher, une glacière et une basse-cour; cette cour se prolonge vers l’est par un potager et une melonnière. Les bâtiments résidentiels sont disposés autour de la troisième cour à laquelle on accède, depuis la première cour et depuis le potager; l’aile sud est occupée par une écurie, l’aile ouest par une serre, le garde-manger, la cuisine avec, à l’étage, deux chambres de domestiques, la cantine avec, à l’étage, une chambre à cheminée et une autre dans le comble. Le bâtiment principal occupe l’aile nord; sa façade, tournée vers la rivière, au nord, est ornée d’un fronton; deux pavillons flanquent le corps principal; l’ensemble est composé un vestibule, un cabinet, une chambre à coucher, une salle à manger et un salon de compagnie. Sur le côté est de la cour se trouve le bâtiment dit de Louis VI le Gros qui se compose, au rez-de-chaussée, d’un office, d’une garde-robe et à l’étage, auquel on accède par un grand escalier, d’une chambre de domestique, de deux appartements avec chambre, garde-robe et cabinet, d’un grenier, d’une chambre à coucher, de 2 autres appartements, d’une galerie. La chapelle est disposé perpendiculairement à ce bâtiment; elle est formée de trois travées. Le plan cadastral de 1819 donne des lieux une représentation largement conforme à cette description, même si une partie des bâtiments résidentiels semble avoir disparu. En revanche, la carte de Delagrive (1740) figure un ensemble relativement différent : au sud de la chapelle notamment, à l’emplacement du potager cité en 1771, il représente plusieurs corps de bâtiments disposés autour d’une cour. Une carte postale datée des environs de 1900 figure le bâtiment principal et l'un de ses pavillons d'angle, tous deux à un étage, ainsi que le le bâtiment dit de Louis VI, également pourvu d'un étage. De nombreux éléments lapidaires très probablement issus de la démolition du prieuré sont conservés aux environs, dispersés dans les propriétés avoisinantes. L'arrêté de clasemment du 14 août 1985 en donne la liste suivante : "I/petit monument composé de pièces diverses, situé dans la partie ouest du parc aux abords de la villa de M. Faucheur ; hauteur : 1,10 m ; composition : 6 étages : 1-base formée de deux pierres plates trilobées, accolées, similaires au n°VI de l'inventaire (photo A190/12) ; hauteur : 25 cm, longueur : 120 x 80 pour chacune ; il s'agit de parties de branches d'ogives. 2-Deux pierres accolées formées de huit colonnettes engagées ; diamètre : 50 cm (environ) ;ces pierres constituaient le départ de voûtes et reposaient sur des piles cylindriques. 3-Deux blocs accolés (non similaires) avec hapiteaux sculptés ; hauteur : (corbeille et abaque) 29 cm, longueur : (totale) 1,60 m, larheur : (maximale) 1,20 m ; du côté sud-est, les chapiteaux à crochets ont un rang de feuille sur la corbeille et présentent aux angles rentrants les corps de deux personnages décapités (démon sur la droite et un moine sur la gauche) ; photo A191/16 ; du côté sud-ouest, les chapiteaux à crochets et rang de feuilles ne présentent pas de sculptures anthropomorphes ; photo A191:17. 4-Deux blocs sculptés de chapiteaux à crochets et un rang de feuilles sur la partie inférieure de la corbeille ; longueur : 71 cm, largeur : 42 cm, hauteur : 29 cm. 5-Deux clefs de voûte disposées en croix et accolées ; clef est : épaisseur : 26,5 cm, longueur : 49 cm, largeur : 46,5 cm ; fleur centrale à sépale et corolle ouverte ; clef ouest : épaisseur : 26,5 cm, longueur : 46,5 cm, largeur : 46 cm ; couronne de feuilles au centre. 5-Clef de voûte sculptée ; épaisseur : 25 et 28 cm, longueur : 46,5 cm, largeur : 46 cm ; au centre fleur à corolle ouverte. II/Pierre trilobée ; photo A190/1; longueur : 72 cm, largeur : 50 cm, hauteur : 25 cm. III/Bloc de pierre sculpté de tores épais sur une face ; départ de branches d'ogives formées de trois branches avec un tore central outrepassé cantonné de baguettes ; la face supérieure est creusée circulairement sur une épaisseur de 2 cm ; longueur : 64 cm, hauteur : 47 cm ; photo A190/3 et 4. IV/Pierre informe, départ de branches d'ogives (?) ; longueur : 53 cm (en diagonale), côtés 67 x 69 cm ; photo A190/11. V/Deux colonnes à fût cylindrique et chapieau sculpté ; situées près de la piscine, elles apparaissent sur les carte spostales des années 1900-1910 ; fût cylindrique, monolithe, de 26,5 cm de diamètre ; hauteur : 1,40 m, base octogonale de 50 cm de large ; astragale circulaire ; corbeille de la colonne est : deux rangs de feuilles ; photo A190/8, 9 ; hauteur du chapiteau : 39 cm ; tailloir à denticules. VI/Pierre trilobée (branche d'ogives) ; L : 102 cm (axe médian), l : 72 cm (l'enfoncement dans le sol n'a pu permettre d'en connaître l'épaisseur) ; photo A190/12. VII/"Fonts baptismaux" (pierres provenant de l'église paroissiale où elles auraient été utilisées comme fonts baptismaux) ; composition : la base est formée d'une pierre sculptée de tores, départ de branches d'ogives à l'aplomb d'une colonne (huit tores principaux cantonnés de baguettes) ; diamètre inférieur : 60 cm, diamètre supérieur : 80 cm, h : 60 cm ; ce qui aurait servi de cuve baptismale est une pierre de section carrée de 74,5 x 72 cm avec un losange central de 50 cm de côté; creusé circulairement ; hauteur : 42 cm ; photo A190/14 ; inscription mprimée dans le ciment circulaire servant de base : "Anno 1903 dux aout". VIII/Pierre plate circulaire ; diamètre : 63 cm, hauteur : 30 cm ; photo A190/22 ; pièces rassemblées dans le bosquet centrail près du portail d'entrée. IX/Deux pierres trilobées, similaires, largeur : (axex médian) 38 cm, longueur : 60 cm, hauteur : 20 cm ; photo A190/20. X/Clef de voûte crucifère ; une fleur plate dessine un rayonnement tournant le long des braches; aux quatre angles têtes masculines sculptées en demi-bosse, au cou long et épais ; seuls deux visages sont bien conservés ; l'un sourant aux cheveux descendant sur les oreilles, l'autre sévère aux cheveux frisés ; photo A190/15, 16, 23, 24. XI/Clef de voûte crucifère ; fleur centrale aux angles, quatre têtes sculptées, dans le canal entre deux tores ; les têtes sculptées sont renversées à l'arrière, les visages ont un relief très effacé ; personnages masculins à cheveux mi-long, droits ou frisés. Photo A190/17, 18, 19. XII/banc en pierre (18e siècle?) ; plusieurs bancs similaires sont répartés dans le parc. Photo A189/11"?
B-Observation, en 1995, dans la coupe d'une tranchée, rue Eugène Carrière,de plusieurs murs liés au mortier et d'un couvercle de sarcophage ou de tombeau en pierre.
C-Un diagnostic archéologique, en 2001, au 15 rue Eugène Carrière a permis la mise au jour de murs et de sols appartenant à deux bâtiments du prieuré distant de 4,50 m. Les sols associés au bâtiment nord sont datables du 12e au 14e siècle. Le bâtiment nord pourrait être édifié entre le 10e et le 12e siècle et démoli au 15e ou au 16e siècle.


indexation matière :
06 : occupation de l'espace
  --- 06.14 : architecture religieuse
    --- 06.14.02 : édifice religieux
      --- 06.14.02.01 : édifice religieux chrétien
        --- 06.14.02.01.03 : établissement conventuel
          --- 06.14.02.01.03.07 : prieuré

indexation chronologique :
08 : moyen age
  --- 08.02 : moyen age classique
    --- 08.02.01 : 11e siècle
      --- 08.02.01.02 : 2e moitié 11e siècle
        --- 08.02.01.02.02 : 4e quart 11e siècle
    --- 08.02.02 : 12e siècle
    --- 08.02.03 : 13e siècle
  --- 08.03 : bas moyen age
    --- 08.03.01 : 14e siècle
    --- 08.03.02 : 15e siècle
09 : époque moderne
  --- 09.01 : 16e siècle
  --- 09.02 : 17e siècle
  --- 09.03 : 18e siècle
10 : époque contemporaine
  --- 10.01 : 19e siècle

dossier(s) rattaché(s) :
033s051  ---  033s004

Iconographie : cliquez ici pour voir toute l'iconographie se rapportant à ce site


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas