bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

les Tournelles (Livry-Gargan) [046s013]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Appellation : les Tournelles

Commune : Livry-Gargan
Adresse(s) : allée Jules Ladoumègue ; allée Géo André ; 1-43 avenue du Maréchal Leclerc

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Héron Claude
Année de la découverte ou de l'enquête : 2000
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 29/06/2000
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : sans objet
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation

Description : En 1655, Gervais de Bellejambe, marchand tailleur d’habits et bourgeois de Paris, possède à Livry une maison couvertes en tuiles avec cour et dépendances nommée Les Tournelles tenant d’une part, à un nommé Michel Duval, d’autre part, aux terres de l’abbaye et, par devant, à la grande rue de Paris à Meaux. En 1743, la propriété est acquise par le duc de Lorges qui y fait faire d’importants travaux. La carte de Delagrive (1740) figure ainsi un corps de bâtiment unique le long de la rue alors que la carte des Chasses (1764-1808) représente plusieurs corps de bâtiments autour d’une cour rectangulaire qui demeure ouverte au sud-est. La résidence comporte alors une chapelle. En 1780, le lieu est acheté par marie-Hélène Moreau de Séchelles. L'acte de vente mentionne "une grande maison située au village de Livry qui est la première à droite dans la principale rue en arrivant au dit lieu en venant de Paris, consistant en plusieurs corps de logis se tenant les uns les autres, composés du vestibule, chapelle, cuisine, salle à manger, appartements de maîtres et de domestiques, salon de campagne, maison de jardinier, grenier, cave, une écurie, sellerie, aisance, basse-cour plus potager avec un grand jardin plantée en allée d'arbres, boulingin et bosquets…De la contenance d'environ 25 arpents, y compris le terrain sur lequel sont ces édifices et batiments tenant, le tout, du côté du nord au grand cemin de Paris à Meaux, du couchant jusqu'à l'endroit qui fait hache à la Garenne du siège de Livry, en partant de ladite hache en retour du midy jusqu'à un angle saillant su terrain de Pierre camus et de Jacques Camus depuis le dit angle en reprenant l'exposition du couchant jusqu'à une seconde hache". En 1792, le corps de bâtiment est semble avoir disparu. L’ensemble existe encore sans grande modification en 1819. Depuis le 18e siècle, la propriété est également nommé le Grand Berceau. Au 18e siècle, il existait, dans la propriété du Grand Berceau, face au moulin de l’abbaye, trois mares reliées entre elles par des canalisations pour alimenter la fontaine des Champs, appelée au 19e siècle Mare de la Meunière.


indexation matière :
06 : occupation de l'espace
  --- 06.07 : architecture domestique
    --- 06.07.02 : édifice domestique
      --- 06.07.02.02 : demeure
        --- 06.07.02.02.03 : château

indexation chronologique :

dossier(s) rattaché(s) :
046s038  ---  046s013

Iconographie :

"Paris et environs. Feuille IX" (détail)  [545]
"Paris et environs. Feuille IX" (détail) [545]
© Département de la Seine-Saint-Denis
 


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas