bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

église Saint-Pierre-Saint-Paul (Montfermeil) [047s014]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Appellation : église Saint-Pierre-Saint-Paul

Commune : Montfermeil
Adresse(s) : rue Grange

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Rimard
Année de la découverte ou de l'enquête : ca 1910
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 29/10/1995
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : structuré
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation
Date de construction : 1818-1820

Description : A-L’église Saint-Pierre-Saint-Paul est attestée pour la première fois au début du 13e siècle. La collation à la cure appartient à l’évêque de Paris. Le choeur est attribuable au 13e siècle. Un porche est ajouté en 1614. Le plan dressé par Godardt en 1799 figure un bâtiment de 27 m de long et 10,50 m de large dans l’oeuvre; la nef et le choeur sont flanqué au sud d’un bas-côté; un clocher est accolé au mur nord de l’édifice, à hauteur de la première travée du choeur; la construction d’un bas-côté nord est envisagé, mais ne sera jamais réalisé; la nef ouvre vers un porche de 4,70 m de profondeur; une chapelle borde au sud la dernière travée du choeur; une sacristie prolonge l’église vers l’est. L’édifice est reconstruit en 1818-1820. Des éléments du 13e siècle sont alors remployés; certains, en particulier un chapiteau à décor de feuilles de vigne, ont été ultérieurement dégagés. Le cadastre napoléonien figure le cimetière, qui s’étend autour, mais surtout devant l’église. Avant qu’ils ne soient désaffectés en 1851 et partiellement nivellés en 1860, les terrains du cimetière étaient retenus au sud par des murs en pierre. Le plan de Montfermeil de 1770 figure également le cimetière sur une surface sensiblement plus importante. L’inventaire des titres de la seigneurie traduit ainsi l’inscription de la dalle tumulaire d’Alips de Montfermeil, que Lebeuf 1755 rapporte avoir vu encore en place : "Ci-gist, Delle ALIPS de Montfermeil qui trépassa l’an 1336 le 6 mars, qui a fondé à la veille de la Saint-Jean, chaque an, pour elle, pour Jean DUMEZ son fils et pour Delle Nicole sa femme, chacun une messe et pour les trois messes, le curé aura une pièce de terre au dessus de la fontaine et treize sols de rente".
B-Dans le cimetière Hocquart, incorporé à l’église en 1928, découverte, en 1910, du cercueil en plomb d’Emmanuel Hyacinthe Hocquart, mort en 1778.
C-Dans l’église, une séquence de remblais attestant un exhaussement du sol d’au moins 1,30 m lors de la reconstruction de l’édifice a été fouillée en 1930.
D-Plusieurs sondages d’une surface cumulée de 50m2, ont été réalisés au nord de l'église en 1974. A 3 m au nord de l’église, un massif de maçonnerie évoquant un contrefort pourrait être associé au bas-côté figuré en 1799 mais demeuré inachevé. Ce massif coupe une stratification de 2 m d’épaisseur faisant alterner trois sols en gypse - le plus récent vraisemblablement du Bas Moyen Age - et deux remblais de cimétière contenant des sépultures. Sous le sol le plus ancien, entre 2 m et 2,60 m de profondeur, une couche sombre livre plusieurs sépultures dont une en sarcophage de plâtre trapézoïdal et une autre, sans doute en coffrage, où le défunt avait été déposé les membres inférieurs légèrement fléchis. Ces sépultures pourraient être attribuées à l’époque mérovingienne; toutefois, le mobilier céramique de la couche sombre dessiné dans Benet 1975a semble plutôt attribuable aux 11e-12e siècles. A 5 m environ vers le nord, une construction de 2,30 m de largeur dans l’oeuvre et d’au moins 3 m de long a également été mise en évidence. Elle se prolonge vraisemblablement vers l’Ouest et le Nord. Ses fondations, en moellons de silex liés au plâtre, sont profondes de 0,60 m; un solin de même facture s’élève à 0,40 m de haut; plusieurs trous de poteaux associés aux maçonneries témoignent d’une élévation à pans de bois. Le sol est constitué d’une couche de plâtre coulé. Cette construction est postérieure à la couche sombre; elle y recoupe une sépulture en coffrage. A une douzaine de mètres vers le nord, la stratification ne livre plus de sépultures mais seulement, entre 0,20 et 1,40 m de profondeur, deux couches de remblai encadrant un remblai d’occupation probablement attribuable au Bas Moyen Age. La couche noire livre de la céramique granuleuse, des fragments de oule des 11e-12e siècles, ainsi que tessons à pâtre grasse et décor flammulée des 13e-14e siècles. Les couches plus récente contiennent des tessons glaçurée jaune, vert, jaune moucheté de vert avec différents types de décors : molette à chevrons, molette sur bandes appliques, pastilles. Le grès du Beauvaisis est peu abondant. Un rebord de sigillée et un éclat de silex néolithique semble résiduels.
E-Découverte, dans la coupe de l’un des trois puits éxécutés en 1983 dans le cadre d’une étude de la stabilité de l’église, dans l’angle formé par la chapelle Hocquart et le mur du bas-côté, à 1,50 m de profondeur, du panneau de tête d’une tombe maçonnée en plâtre, et à 3 m de profondeur, de l’angle d’un sarcophage de plâtre coulé. Ces deux sépultures sont en grande partie détruite par le mur de la chapelle. La coupe ouest livre, entre 2 m et 2,50 m de profondeur, trois inhumations en cercueil. Dans la coupe sud (?), à 1,20 m de profondeur, se trouve les restes d’un massif de maçonnerie détruit lors du creusement du sondage. Au fond du sondage se trouve deux tibias en place et la trace d’une fosse d’inhumation. Collecte de clous de cercueils et de fragments de bois associés aux inhumations de la coupe ouest, ainsi que de tessons de céramique flammulée et granuleuse.
F-Observation, en 1986, dans la coupe d’une tranchée, d’une séquence de remblais dont la mise en place est associée à la reconstruction de l’édifice au 19e siècle et de l’arase d’une colonne du 13e siècle. Découverte d'un élément de corniche, d'un fragment de colonne, d'un fragment de chapiteau en plâtre, de deux carreaux de terre cuite.


indexation matière :
indexation chronologique :
08 : moyen age
  --- 08.01 : haut moyen age
  --- 08.02 : moyen age classique
  --- 08.03 : bas moyen age
    --- 08.03.01 : 14e siècle
    --- 08.03.02 : 15e siècle
09 : époque moderne
  --- 09.01 : 16e siècle
  --- 09.02 : 17e siècle
  --- 09.03 : 18e siècle
10 : époque contemporaine
  --- 10.01 : 19e siècle
  --- 10.02 : 20e siècle
  --- 10.03 : 21e siècle
    --- 10.03.01 : 1ère moitié 21e siècle
      --- 10.03.01.01 : 1er quart 21e siècle

dossier(s) rattaché(s) :
047s060  ---  047s014

Iconographie : cliquez ici pour voir toute l'iconographie se rapportant à ce site


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas