bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

château de Montfermeil [047s023]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Appellation : château de Montfermeil

Commune : Montfermeil
Adresse(s) : 1-9 avenue des Pinsons ; 2, 5-7avenue Jean Jaurès ; 1-1ter rue de l'Eglise ; 2-2ter rue de la Fontaine Jean Valjean ; 15-21 avenue des Abricots

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Héron Claude
Année de la découverte ou de l'enquête : 2000
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 19/07/2000
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : sans objet
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation
Date de construction : 1678

Description : A-En 1605, Hilaire Lhoste, conseiller, notaire et secrétaire du roi, acquiert la seigneurie de Montfermeil. Selon l’acte de vente, le manoir est constitué d’un grand corps d’hôtel comprenant cuisine, salles basses et hautes, chambres hautes, grenier au-dessus, précédé d’une cour où s’élève un pigeonnier. Il est possible que ce manoir soit celui qui est cité en mars 1428 lorsque Jean de Gannes vend la seigneurie de Montfermeil à Pierre Robin, maître des oeuvres et réparations de maçonnerie de Henri VI, et en particulier "l’hôtel de la seigneurie de Montfermeil, assis en cette ville avec plusieurs édifices, granges, étables, cours, jardins, colombiers et d’autres appartenances et dépendances" ainsi qu’une "maison appelée la Maison du Moustier, joignant l’église, où il y a cour, masures, fossés à eau et à poisson autour, grands jardins jouxtant lesdits fossés". L’hôtel seigneurial de Montfermeil est déjà cité en 1351 lorsque Jean Longis déclare tenir des religieuses de Chelles un manoir et toutes ses dépendances. A partir de 1678, Antoine Pélissier, secrétaire du roi, fait construire un nouveau château, achevé à la fin du siècle par Michel de Chemillard, intendant des finances. Un état des biens de ce dernier daté de 1700-1701 distingue l’ancien château, proche du village, ouvrant sur la rue de la Fontaine, et le nouveau château qui y est attenant. Celui-ci comprend plusieurs appartements, chapelle (attestée en 1678), cour, basse-cour, colombier à pied, écurie, grange, remises, parterres en terrasse, jardin potager et bassin, le tout clos de murs et de grilles en fer. La ferme seigneuriale, donnant dans la Grande Rue (actuellement rue Henri Barbusse) et la rue des Perriers consiste en une grande maison, cour, granges, bergerie, écurie, remise et autres bâtiments clos de murs ). Une gravure de Guéroult Dupas, datée du 18e siècle, figure le château depuis les jardins; celui est composé d’un bâtiment à un étage auquel sont accolés deux pavillons sans étage; à droite, donc vers le nord, on distingue un colombier et, devant, plusieurs corps de bâtiments dont l’un est flanqué d’une tourelle. Il serait tentant de voir là l’ancien hôtel seigneurial. Le château est aggrandi en 1765 par Jean Hyacinthe Emmanuel Hocquart sur les plans de l’architecte Claude Nicolas Ledoux : deux ailes symétriques sont alors ajoutées à la construction originelle dont la façade s’orne d’un fronton triangulaire aux armes de Hocquart; les jardins sont transformé en parc à l’anglaise. Le plan de 1770 figure, au nord-est du château, une cour bordée de bâtiments sur trois côtés. Au nord-ouest, un bâtiment en clôt une seconde cour ouvrant sur la cour d’honneur proprement dite, dont deux petits pavillons marquent l’entrée. Le plan d’intendance de 1782 ne donne pas exactement la même représentation des lieux, mais semble sensiblement moins fiable. Le château apparait peu transformé sur le cadastre napoléonien; les cours des communs ont été en revanche sensiblement modifiées : la cour nord-est ouvre désormais directement sur le châteu après démolition des bâtiments qui la bordaient de ce côté-ci; un bâtiment est ajouté à la cour nord-ouest. Au nord du Grand Château se trouve le Petit Château, édifié en 1635. Le Grand et le Petit Château sont réunis une première fois en 1700 par Michel de Chamillard puis une seconde fois en 1742, par Hyacinthe Hocquart. Un bail de la ferme du château daté de 1832 mentionne "1°Un bâtiment servant à l’habitation du fermier, composé par bas de cuisine et chambre à coucher et, au premier étage, de deux chambres lambrissées, dont une à feu couverte de tuiles. 2°Au midi de ce bâtiment, trois travées de granges à prendre au midi dans une grange de cinq travées, dont les deux au nord régnant derrière ladite habitation sont réservées par le bailleur, plus l’aire non fermée qui se trouve devant la grande porte. 3°Au midi desdites travées, un vaste logement appelé le pressoir. 4°Une bergerie située au couchant d’une écurie réservée par le bailleur dans un corps de bâtiment qui borne au nord de la cour de la ferme, grenier au-dessus de cette bergerie et de cette écurie. 6°Une laiterie entre la bergerie et le logement du jardinier. 7°Deux bergeries près d’une serre réservée auxquels les preneurs arriveront par un passage surmonté d’un petit grenier à graines. 8°Le principal corps du bâtiment, appelé le petit château, les deux ailes étant réservées par le bailleur. 9°Un hangar sur poteaux avec une petite cour au midi du petit château. 10°Un hangar sur poteaux avec unepetite cour au midi du petit château. 11°Tout le grenier sur l’écurie du maître, sauf les trois travées orientales réservées par le bailleur. 12°Droit de passage dans cette cour pour arriver à la cour et aux bâtiments qui se trouvent au couchant. Dans la cour à la suite : 13°Tous les bâtiments qui s’y trouvent, consistant en deux écuries garnies de leurs auges et ratelier, le tout en bon état, deux poulaillers garnis de leurs bâtons et gougeottes, et une grange. Sous le château : Les deux premiers berceaux de caves au nord". Le château comportait une chapelle au vocable de Saint-Antoine. Le Grand Château, en ruine au début du 20e siècle, est démoli en 1929. Le Petit Château est en revanche conservé, de même que l’un des bâtiments de la ferme.
B- Selon Delahaye 1982b, il est possible que le chapiteau découvert en 1929 dans les gravats de la démolition du château provienne de la chapelle Saint-Antoine.


indexation matière :
06 : occupation de l'espace
  --- 06.07 : architecture domestique
    --- 06.07.02 : édifice domestique
      --- 06.07.02.02 : demeure
        --- 06.07.02.02.03 : château
        --- 06.07.02.02.09 : manoir

indexation chronologique :

dossier(s) rattaché(s) :
Iconographie : cliquez ici pour voir toute l'iconographie se rapportant à ce site


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas