bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris (CCIP) (Pantin) [055inv025]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Précision sur la dénomination : entrepôt de grains
Appellation : Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris (CCIP)

Commune : Pantin
Adresse(s) : 201 avenue Jean Lolive

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Katz Cécile ; Furio Antoine
Année de la découverte ou de l'enquête : 1997 ; 2003
Redacteur(s) : Katz Cécile ; Furio Antoine
Date de la rédaction : 2003
Organisme : CAUE 93 ; service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Type d'étude : étude thématique patrimoine industriel ; étude PLU

Qualification de la datation : campagne(s) de construction
Date de construction : 1929

Description : La construction de ces entrepôts est liée à celle de l'élargissement du canal (055inv263) et du port de Pantin, dont les travaux sont menés en deux phases jusqu'en 1931. La plate-forme portuaire gérée par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris (CCIP) est constituée du remblai de l'ancien lit du canal. Le terre-plein sud sur lequel ils sont édifié bénéficie d'un embranchement ferroviaire particulier. Ce site, de part et d'autres du bassin du port de Pantin, est géré par la CCIP au terme d'une concession de cinquante ans signée avec la Ville de Paris en 1927 et renouvelée en 1976. La CCIP est chargée, depuis 1914, d'exploiter l'entrepôt réel des douanes géré jusque là par la Compagnie des Entrepôts et Magasins Généraux.
Les deux principaux magasins, dont la masse imposante domine le bassin sur la rive sud du canal, sont édifiés en 1929. Leur fonction est alors de recevoir des grains et farines : "à l'origine, un outillage formé de grues permet l'approvisionnement des bâtiments à partir des balcons. Le grain est acheminé par bateaux. Un outillage pneumatique particulier permet de l'aspirer directement dans une tour de distribution, située dans la partie supérieure du bâtiment. Plus tard, une colonne monte-charge sera ajoutée à l'un des bâtiments" (C. Katz). Le(s) concepteur(s) de ces ouvrages sont inconnus. Les bâtiments, l'un de 60 m X 36 m, l'autre de 54 m X 36 m, se composent de six niveaux sur une hauteur de 30 m et communiquent entre eux par des passerelles métalliques. Les fondations sont sur semelles et pieux en béton armé et l'ossature de poteaux et de poutres, en béton armé, s'affine d'étage en étage. La façade est composée d'un remplissage en brique claire (grise) avec des motifs réguliers en brique. La couverture est en terrasse, coiffée d'un lanterneau cintré. Les circulations (escaliers, monte-charge, appareils de manutention des grains ) sont regroupées à une extrémité des deux magasins et mises en relation avec les étages de chaque bâtiment par les passerelles. Des coursives en béton armé ceinturent les bâtiments jusqu'en rez-de-chaussée + 4 étages et contrastent avec la massivité des ouvrages. La configuration de l'ensemble aux abords du canal donne au site des allures de paquebot, aujourd'hui familières. Ces entrepôts restent, avec les Grands moulins de Pantin, un témoignage majeur du rôle de l'approvisionnement de Paris joué par la banlieue en général et Pantin en particulier.


indexation matière :
indexation chronologique :
Iconographie : cliquez ici pour voir toute l'iconographie se rapportant à ce site


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas