bandeau atlas du patrimoine
atlas du patrimoine bases documentaires > catalogue de sites / d'édifices > notices de sites / d'édifices >

église Sainte-Geneviève (Rosny-sous-Bois) [064s001]

 

Nord Ouest Est Sud noRd-ouest norD-est sUd-ouest sud-esT


Appellation : église Sainte-Geneviève

Commune : Rosny-sous-Bois
Adresse(s) : rue du Général Galliéni

Inventeur - Informateur -Enquêteur : Bernard Devaux
Année de la découverte ou de l'enquête : 1987
Redacteur(s) : Héron Claude
Date de la rédaction : 21/10/1995
Organisme : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Etat à la découverte : structuré
Niveau d'interprétation : site fonctionnel
Précision de l'emprise : localisation et extension connues
Type d'étude : carte archéologique de la Seine-Saint-Denis

Qualification de la datation : période(s) d'occupation
Date de construction : 1857

Description : A- Les Miracula sanctae Genovefae post mortem relatent qu’en 866, les religieux qui rapportent les reliques de Geneviève de Marizy (Aisne) - où la châsse de la sainte a été apportée en 861 pour la soustraire aux Normands - s’arrètent à Rosny. On prendra toutefois garde au fait que ce texte ne nous est connu que par un manuscrit de 1291. L’église Sainte-Geneviève est attestée en 1163 lorsque Alexandre III en confirme la possession à l’abbaye Sainte-Geneviève. Au début du 13e siècle, c’est de fait l’abbé de Sainte-Geneviève qui présente à la cure. Noter que Denis est le second patron de la paroisse et que selon Lebeuf 1755, c’était autrefois le patron principal. Le prieuré-cure est attesté en 1352. L'église est démolie en 1857avant d’être reconstruite sur un emplacement légèrement décalé vers le nord. Avant sa démolition, elle se présente sous la forme d’un édifice à chevet plat et à transept largement débordant; la nef semble adopter un plan légèrement trapézoïdal. Ce plan semble résulter de travaux récents car le plan de la seigneurie de Rosny, datable de la seconde moitié du 17e siècle, suggère que l’église se présente alors sous l’apparence d’un vaisseau unique, sans transept mais avec peut-être un clocher au nord-est. Guilhermy 1877 signale l’existence, dans l’église Sainte-Geneviève, d’une épitaphe en capitales gothiques ainsi libellée ; "Ici gist Guill[aume] de Montereul cers jadis bouriois de Paris qui trespassa en lan de grace... et VII le jour de la saint Michiel"; il date l’inscription de 1287; il signale également l’existence de la dalle tumulaire de Nicolas le Bourguignon avec l’épitaphe "Ci gist honorable home Nicolas le Bourguigno[n] en son viva[n]t maistre...lequel trespassa le XVIIe jour de may Mil NC XXX (1530). Pr/i.ez diaue pour luy"; la dalle offre la particularité de figurer, non le défunt, mais son patron, en l’occurence saint Nicolas; Nicolas le Bourguignon est représenté sous la forme d’une personnage de petite proportion, vêtu d’un costume bouregois, couché sous les pieds du saint évêque. Le plan cadastral de 1808-1812 figure, au nord et à l’est de l’église, un espace d’environ 450 m2 correspondant de toute évidence au cimetière désaffecté en 1822. Le plan de la seigneurie de Rosny au 17e siècle figure une croix dans le cimetière et un mur pour border celui-ci au sud-ouest.
B-Une cinquantaine de sépultures médiévales et modernes pour la plupart en cercueil ou en pleine terre ont été fouillées en 1987 dans le cimetière, au nord de l’église. On note toutefois la présence de quatre inhumations en fosses anthropomorphes peut-être attribuables à l’époque carolingienne, d’une tombe en pierres et fragments de gypse maçonnés au plâtre et d’une sépulture d’enfant aménagée, le défunt reposant sur une couche de plâtre avec une dalle dressée à la tête. La découverte, en remblai, de fragments de sarcophages en pierre et en plâtre suggère pour ce cimetière une origine remontant au 7e siècleau plus tard. Des constructions attribuables à des états anciens de l’église ont également été découverts : en l’occurence un tronçon du transept nord de l’église du 13e siècle et un mur en moellons de gypse et de calcaire liés au plâtre appartenant à un état plus ancien. Ce mur était parementé sur sa face sud (traces d’enduit); un pilastre y faisait saillie. Parmi le mobilier mis au jour se signale une obole de Charles le Simple (893-929), des coquemars funéraires des 13-14e siècles, des fragments de pichets glaçurés jaune avec décors à la molette sur bande applique, des tessons polychromes à décor anthropomorphe, une enseigne de pèlerinage à l’effigie de saint Michel, une pierre à affuter.


indexation matière :
indexation chronologique :
08 : moyen age
  --- 08.01 : haut moyen age
    --- 08.01.04 : 9e siècle
      --- 08.01.04.02 : 2e moitié 9e siècle
        --- 08.01.04.02.02 : 4e quart 9e siècle
    --- 08.01.05 : 10e siècle
  --- 08.02 : moyen age classique
    --- 08.02.01 : 11e siècle
    --- 08.02.02 : 12e siècle
    --- 08.02.03 : 13e siècle
  --- 08.03 : bas moyen age
    --- 08.03.01 : 14e siècle
    --- 08.03.02 : 15e siècle
09 : époque moderne
  --- 09.01 : 16e siècle
  --- 09.02 : 17e siècle
  --- 09.03 : 18e siècle
10 : époque contemporaine
  --- 10.01 : 19e siècle
    --- 10.01.01 : 1ère moitié 19e siècle
    --- 10.01.02 : 2e moitié 19e siècle
      --- 10.01.02.01 : 3e quart 19e siècle

dossier(s) rattaché(s) :
064s022  ---  064s001

Iconographie :

"Rosny-sous-Bois - L'église", église Sainte-Geneviève, vue de la façade et du côté sud  [2922]
"Rosny-sous-Bois - L'église", église Sainte-Geneviève, vue de la façade et du côté sud [2922]
© Département de la Seine-Saint-Denis
"Rosny-sous-Bois - L'église", église Sainte-Geneviève, vue du côté nord  [2924]
"Rosny-sous-Bois - L'église", église Sainte-Geneviève, vue du côté nord [2924]
© Département de la Seine-Saint-Denis
"Rosny-sous-Bois (Seine) - Intérieur de l'église", église Sainte-Geneviève, vue du choeur et de la nef  [2929]
"Rosny-sous-Bois (Seine) - Intérieur de l'église", église Sainte-Geneviève, vue du choeur et de la nef [2929]
© Département de la Seine-Saint-Denis
 


Bibliographie :
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas