bandeau atlas des collèges
atlas du patrimoine dossiers > atlas des collèges > notice de collège >
COLLÈGE DENIS DIDEROT

programme d'origine : Groupe scolaire
programme actuel : Collège 600
code site CG93 : 10700040000Diderot/10C
code site IA : 0931186J
autre(s) collège(s) à Aubervilliers : Jean Moulin, Gabriel Péri, Henri Wallon, Rosa Luxemburg


CHRONOLOGIE

LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION

Maître d'ouvrage (1934) : Ville d'Aubervilliers
Architecte (1934) : R. Boudier
Ingénieur (1934) : M. Pessemies
Artiste sculpteur, Grand Prix de Rome (1934) : Saulo
Maître d'ouvrage (1998) : Département de la Seine-Saint-Denis
Maître d'ouvrage délégué (1998) : Sodédat 93
Architectes (1998) : Team Zoo, Atelier mobile, Atelier Kaba


LE COLLÈGE EN CHIFFRES

Surfaces

surface hors-oeuvre brute : 3200 m2
surface hors-oeuvre nette : 3095 m2
surface hors-oeuvre nette de l'extension : 6400m2
surface du terrain : 16876 m2

Programme détaillé

CDI et locaux associés : 162 m2
salle d'EPS : 295 m2
logements de fonction : 2

Coûts

coût global de l'opération : 8,3 millions €


1934 construction du groupe scolaire Paul-Doumer

Maître d'ouvrage : Ville d'Aubervilliers
Architecte : R. Boudier
Ingénieur : M. Pessemies
Artiste sculpteur, Grand Prix de Rome : Saulo


PROGRAMME DU GROUPE SCOLAIRE D'ORIGINE

Le groupe scolaire d’origine édifié en 1934 comportait une école maternelle, une école de fille et une école de garçons. Doté d’un haut niveau d’équipement et de confort, il comportait des cuisines et douches, des amphithéâtres équipés pour l’enseignement des sciences, et une salle de conférences et des préaux. Le logement du gardien était prévu dans les locaux.

Cet ensemble témoigne de la volonté de faire accéder les classes populaires à l’éducation et au savoir dans un cadre respectueux du bien-être des élèves. Les nouveaux équipements scolaires de ce type, encore rares à cette époque, étaient alors qualifiés de «  Palais de la Troisième République ».

 
PARTI ARCHITECTURAL ET URBAIN

Le groupe scolaire s’inscrit dans un îlot d’une grande homogénéité, il est mitoyen, rue Paul-Doumer, de la Cité HBM édifiée à la même époque.

La composition d’ensemble du groupe scolaire reprend le thème du cloître avec une vaste cour enserrée dans un groupe de bâtiments. Elle s’organise selon un plan symétrique classique à deux étages et se divisant en trois parties : un pavillon central que prolonge deux ailes terminées à chaque extrémité par un pavillon à chaque extrémité ou pavillon d’about.
A l’origine, une aile abritait l’école des filles, une autre, l’école des garçons, celles-ci se développant le long de la rue du Commandant-L’Herminier où se situaient leurs entrées, elles-mêmes séparées. Au centre, un jardin séparait distinctement les écoles, la maternelle fermant la cour de l’école des filles.
Le pavillon central situé dans l’axe de symétrie de la composition d‘ensemble abritait au rez-de-chaussée l’administration et le logement du gardien. Au premier étage, une salle de conférence pouvait accueillir 800 personnes, puis, au deuxième étage, s’agençaient les logements des directeurs. Séparées du pavillon central par un jardin, les cuisines et les douches étaient communes aux deux écoles. Ces dernières étaient utilisées à tour de rôle, par les garçons et les filles. Une cour de service dotée de son propre accès, utilisée encore aujourd’hui, est accessible par la rue Paul-Doumer.
Par la géométrie rigoureuse du plan, la sobriété des façades de briques, la netteté des lignes, cette architecture s’impose avec une certaine monumentalité pour incarner l’ambition de l’institution scolaire de l‘époque. Elle est l’expression de l’ordre et de la discipline. Le choix de la brique pour les façades va aussi dans ce sens mais a été également dicté par l’environnement industriel d’Aubervilliers d'alors : la brique est peu salissante et d'entretien aisé.
L’ancienne école affirme également son identité avec ses entrées rehaussées des sculptures de Saulo : les motifs en illustrent la vocation de l’établissement qui est d’associer le travail intellectuel et le travail manuel.


Plan du rez-de-chaussée du groupe scolaire d'origine
Janitz - © La construction moderne

La façade principale du groupe scolaire et le square à l'origine
Janitz - © La construction moderne
 

Angle des rues du Cdt L'Herminier et P-Doumer
Janitz - © La construction moderne
 

Une cour intérieure d'origine
Janitz - © La construction moderne
 

Le pavillon central et ceux des cuisines et douches
Janitz - © La construction moderne
 

Façade principale, détail
© Caue 93
 

Entrée du L.E.P d'Alembert
© Caue 93
 
TRAITEMENT DES ESPACES INTÉRIEURS

Bénéficiant d’une belle hauteur sous plafond, les salles de classe situées au rez-de-chaussée et à l’étage sont distribuées par de longs couloirs rectilignes s’éclairant sur rue. Les salles de classe au rez-de-chaussée s’ouvrent aussi largement sur la cour, des portes-fenêtres permettant un accès direct vers l’extérieur.
De larges baies font pénétrer la lumière naturelle dans les classes, les couloirs et l’ensemble des locaux témoignant des préoccupations hygiénistes de l'époque.
L’enseignement des sciences était dispensé dans des amphithéâtres équipés, le plus grand étant éclairé par une vaste verrière.
Les préaux des filles et des garçons étaient accessibles depuis leurs entrées respectives.
Enfin, le groupe scolaire comportait une salle de 250 places, l’ancien théâtre d’Aubervilliers.
Le souci de l’entretien et du bon vieillissement a dicté le choix des matériaux: carrelages de céramique et mosaïques revêtent sols et murs jusqu’à hauteur d’appui. Ils sont ornementés de dessins simples, « accessibles aux jeunes » correspondant à la fonction de chaque espace.

La grande qualité du groupe scolaire est reconnue dès sa construction : « un superbe groupe scolaire où tout ce qui est nécessaire au bien-être des élèves a été prévu, mais dans lequel tout luxe a été proscrit » (« La Construction moderne »).
Le coût de l’opération a été de 10 millions pour un budget de 13 millions de francs alloué à l’origine:  « Dans cette réalisation de premier ordre, on doit admirer la science et le talent des architectes Pessemies et Boudier, l’art et le tempérament du sculpteur Saulo, et la conscience professionnelle de ces trois artistes qui, loin de pousser à la dépense, ont accompli leur oeuvre avec perfection et économie » (« La Construction moderne »).


Une salle de classe
© La construction moderne

Le grand amphithéâtre
Janitz - © La construction moderne
 

Un préau
Janitz - © La construction moderne
 

Accès d'un préau
Janitz - © La construction moderne
 

L'ancienne salle de spectacles
Janitz - © La construction moderne
 

Atelier du bois
Janitz - © La construction moderne
 

La cuisine d'origine
Janitz - © La construction moderne
 

Un couloir d'origine
Janitz - © La construction moderne
 

1994 rénovation et extension du collège Diderot


LA RÉNOVATION-EXTENSION DU COLLÈGE

Après la transformation du groupe scolaire Paul-Doumer en collège et lycée professionnel, le collège Diderot prend place dans l’école des garçons, le Lycée d’Alembert dans l’ancienne école des filles, tandis que l’école maternelle est maintenue. En 1991, la rénovation du collège est décidée, en 1994 le college est livré dans sa nouvelle configuration.


Le college, vue d'ensemble
© Atelier Kaba
 

Façade principale, partie courante
© Caue 93
 

le collège et son quartier, rue du Cdt L'Herminier
© Caue 93
 

Entrée du college
 
LE COLLÈGE DANS LE QUARTIER AUJOURD'HUI

Le quartier environnant le collège est surtout résidentiel, à dominante d’immeubles collectifs, avec quelques commerces et activités. Le secteur a subi un important remodelage dans les années 1965-1970, avec le développement de l’urbanisation sur les anciennes terres agricoles d’Aubervilliers et le remplacement d’un patrimoine immobilier vétuste. Le collège est également proche du Centre-ville, noyau initial de l'ancien bourg maraîcher.
La façade principale du collège se développe sur la rue du Commandant L’Herminier face au square Lucien-Brun.
L’architecture de l’ancien groupe scolaire, où dominent les lignes horizontales, contraste avec les immeubles environnants plus récents, à la verticalité affirmée. Une trentaine d’années les sépare. Des tours sont également implantées en divers points du parc dans une totale indépendance vis-à-vis du parcellaire, contrairement au bâtiment du collège qui respecte l’alignement sur la rue, en référence à la logique urbaine traditionnelle.
La différence de gabarit de l’ensemble de ces constructions ressort très nettement. La gamme chromatique contraste, elle-aussi : à la brique rouge du collège répondent les peintures claires des tours et immeubles à proximité. Face au square Lucien-Brun, la façade du collège est bordée d’un petit espace clôturé, engazonné et fleuri, qui joue un rôle de transition entre l’espace public et l’espace privatif.

Le rapport du collège Denis Diderot avec son environnement récent est marqué par le contraste, qui s’exprime au niveau des matériaux, des couleurs, des élévations. Contraste et rupture d’échelle semblent toutefois caractériser aujourd’hui les différents quartiers de la ville d’Aubervilliers.


Vue depuis le square
© Caue 93
 

Le square Lucien-Brun
© Caue 93
 

© CG93 - InterAtlas - Cities revealed (licence n° 0393CG93)
 
LE PARTI ARCHITECTURAL

Afin de mettre en valeur l’architecture de l’ancien groupe scolaire et d’en réactualiser l’esprit, l’atelier japonais Team Zoo propose une architecture qui contraste avec le bâtiment ancien tout en s’inscrivant en douceur dans son contexte afin de favoriser calme et concentration.
A l’extérieur, le parti retenu est d’offrir une architecture ludique constituée d’éléments en bois rappelant les « mikados » anciens et de mettre ainsi en avant la richesse des volumes.
« L’extension prend place au centre de la cour et s’étire jusqu’au fond de la parcelle, encadrée par deux arbres.[...] Les coursives plantées, la charpente et les façades en bois, les aménagements paysagers et les références à l’architecture traditionnelle revisitée concourent ici à créer une ambiance poétique et conviviale. » Team Zoo


Plan masse
© Atelier Kaba
 

le collège et son site
© Atelier Kaba
 

extension, le préau, détail
© Atelier Kaba
 
LES PRINCIPES DE LA RÉNOVATION-EXTENSION

Deux principes ont guidé la démarche des architectes:
Privilégier la luminosité, c’est à dire la lumière naturelle.
Proposer pour le réaménagement des espaces existants un rythme dynamisant en rupture avec la perspective rectiligne des couloirs, et le principe de distribution répétitif et uniforme des salles de classe.
Pour cela, l’architecte introduit un rythme de lignes brisées que l’on retrouve à l’intérieur dans le traitement des espaces de distribution, comme à l’extérieur dans le traitement des façades et la volumétrie des toitures.


Vue d'ensemble, axonométrie
© Atelier Kaba
 

Extension, vue axonométrique
© Atelier Kaba
 

extension, façade
© Atelier Kaba
 

volumétrie et matériaux, détail
© Atelier Kaba
 
Réhabilitation des espaces intérieurs existants

Les architectes ont voulu rompre avec la forte linéarité et l’orthogonalité des espaces intérieurs en mettant en oeuvre cloisons et plafonds aux surfaces obliques. Ce jeu avec la volumétrie, outre l’assouplissement de la rigueur d’origine des espaces permet aussi d’apporter un confort acoustique inexistant auparavant. Ainsi, le hall d’entrée est-il devenu peu sonore tandis que le traitement des couloirs desservant les salles de classe a permis d’individualiser et de personnaliser leur accès.
La salle polyvalente, équipée d’une scène amovible et d’un équipement scénographique a reçu un faux-plafond acoustique également constitué de panneaux obliques.

 

extension détail faux-plafond
© Atelier Kaba
 
l'extension

Le rez-de-chaussée abrite le CDI et les salles de science (biologie et physique).
A l’étage, les salles de musique et d’arts plastiques bénéficient d’une terrasse extérieure plantée qui ondule le long de la façade.
L’articulation entre l’ancien groupe scolaire et l’extension est assurée par un espace de distribution abrité qui s’appuie sur l’ancienne construction. S’élargissant progressivement cette distribution conduit à un espace récréatif d’une double hauteur abritant également l’escalier de desserte des salles de classes à l’étage de l’extension. Lors de la réalisation, la structure en bois initialement prévue a dû être remplacée par une structure en acier tandis que les surfaces vitrées des différents pans de toitures ont été substituées par des panneaux de polyacrylate.
Situé à l’ouest de la cour, le gymnase est implanté de manière à préserver un grand marronnier. Sa structure est constituée d’une belle charpente en bois lamellé-collé, de 7 m de hauteur à son point culminant.


extension, espace de distribution
© Atelier Kaba

Plan de rez-de-chaussée du collège
© Atelier Kaba

Coupe transversale sur l'extension
© Atelier Kaba
 

extension, traitement des toitures
© Atelier Kaba
 

extension, détail de structure
© Atelier Kaba
 

extension, le préau et sa structure
© Atelier Kaba
 

salle eps, vue intérieure
© Atelier Kaba
 

Les espaces extérieurs du collège
© Atelier Kaba
 

extension, détail de charpente
© Atelier Kaba
 
SYSTEME CONSTRUCTIF ET MATÉRIAUX DE L’EXTENSION

Le système constructif du nouveau bâtiment est mixte : structure béton au rez-de-chaussée, bois à l’étage avec façade-bois (panneaux menuisés) pour l’ensemble.
Les matériaux de finition sont le bois, un enduit ocre monocouche en façade, et du zinc en toiture.
A l’intérieur, les carrelages et les plinthes reprennent le principe de l’existant.


 Pour Team Zoo,  « une construction n’est pas un objet mais un milieu d’échanges, un outil d’intégration qui doit, comme un vêtement, protéger sans gêner le mouvement, et comme un paysage, évoluer avec le temps ».


extension, vue d'ensemble
© Atelier Kaba
 

Salle eps, détail de charpente
© Atelier Kaba
 

extension, détail de façade
© Atelier Kaba
 

 
LES ARCHITECTES DU COLLÈGE

Roland BOUDIER
1902-1970, L'architecte du groupe scolaire Paul-Doumer

Outre le groupe scolaire Paul Doumer abritant aujourd’hui le collège Diderot, oeuvre qui l’a consacré, cet architecte, diplômé de l’Ecole nationale des Beaux-Arts en 1928, a réalisé à Aubervilliers, sa ville natale des édifices marquants comme La Poste, avenue de la République et des logements sociaux. Il est aussi l’auteur des oeuvres suivantes :
- Avec Robert Mallet-Stevens : Pavillon des tabacs et des allumettes, exposition universelle de 1937,
- Hôtel des tabacs et des allumettes, quai d’Orsay à Paris,
- Manufacture des tabacs d’Aubervilliers, magasin en béton avec ses 18 sheds (1957) utilisé aujourd’hui comme Centre de formation des agents de la Poste.

 
Team ZOO
Les architectes de la rénovation-extension du collège

Coopérative d’agences d’architecture "à géométrie variable", actuellement composée de 11 ateliers, elle regroupe 90 architectes qui se reconnaissent à travers une méthode de travail collectif, un souci écologique dans l’utilisation des matériaux et des techniques de construction.
Les fondateurs de Team Zoo : Kinya Maruyama (de l’Atelier Mobile fondé en 1969, dont l’emblème est le kiwi) et Tomita Reiko, Higushi Hiroyashi et Otake Koichi (de l’Atelier Zoo, fondé en 1971 et symbolisé par l’éléphant) ont tous été les anciens élèves et collaborateurs de Takamasa Yoshisaka, professeur d’architecture et pionnier du modernisme nippon.
Team Zoo a réalisé une centaine de programmes divers au Japon.
Parmi les opérations réalisées en France outre la rénovation-extension du Collège Denis Diderot, à Aubervilliers on compte un ensemble de logements à La Courneuve et un restaurant d’entreprise à Saint-Denis

 

 
UN COLLÈGE UNE PERSONNALITÉ

Denis DIDEROT
1713-1784

Né à Langres dans une famille d’artisans aisés et après avoir mené une vie de bohème et exercé divers métiers, il dirige avec d’Alembert la publication de l’Encyclopédie qui deviendra l’essentiel de son activité pendant une vingtaine d’années. En 1749 il est emprisonné à Vincennes pour avoir écrit la "Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient". En 1759 l’Encyclopédie est jugée subversive par le Parlement. L’ensemble de l’Encyclopédie n’en continue pas moins d’être imprimée secrètement. A travers cette oeuvre fondamentale, Diderot a l’ambition d’ouvrir le savoir au plus grand nombre et de combattre l’intolérance et les préjugés afin de faire triompher la raison.

 

 
 

Bibliographie :
 

Sources :

Agence d’architecture Louis et Anne-Brigitte Soria ; plans, photos et notice descriptive

 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas