bandeau atlas des collèges
atlas du patrimoine dossiers > atlas des collèges > notice de collège >
COLLÈGE PIERRE SÉMARD



85 rue Pierre-Sémard BOBIGNY
construction 1994


programme : collège 600
code site IA : 0931196V
autre(s) collège(s) à Bobigny : Jean-Pierre Timbaud, République, Auguste Delaune



LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION

Maître d'ouvrage : Département de la Seine-Saint-Denis
Maître d'ouvrage délégué : Sodedat 93
Architecte : Iwona Buczkowska
Entreprise : Revert, Sicra, Aillaud


LE COLLÈGE EN CHIFFRES

Surfaces

surface hors-oeuvre brute : 14267 m2
surface hors-oeuvre nette : 5346 m2
surface utile : 3753 m2
surface du terrain : 6303 m2

Programme détaillé

salles d'enseignement général : 23
salles de sciences : 3
salles de technologie : 2
salle d'informatique : 1
salles d'enseignement artistique : 2
CDI et locaux associés : 171 m2
salle d'EPS : 152 m2
demi-pension : 323 m2
préau : 1260 m2
cour : 3537 m2
plateau EPS : 1360 m2
logements de fonction : 5

Coûts

coût global de l'opération : 16,1 millions €


Avec la volonté d’améliorer les conditions d’enseignement dans les collèges du département, le Conseil général de la Seine-saint-Denis a remplacé en 1992 le collège Paul Langevin, devenu inadapté, par le collège Pierre Sémard. A l’issue du concours une jeune architecte, Iwona Buczkowska, est désignée par le jury. A travers son projet, elle apporte une vision neuve de la conception des édifices scolaires.
La conception du collège Pierre Sémard s’inscrit dans un courant développant une architecture modulaire qui rejette la rectitude et l’extrême simplicité de l’architecture des décennies précédentes. Parfois qualifié de « proliférant », ce mouvement, dont un des principaux chefs de file est Jean Renaudie, initie dans les années 1970 une nouvelle manière de concevoir l’espace, en particulier du logement. Portées par des Maîtres d’œuvre novateurs, des opérations représentatives construites en béton mais aussi parfois en bois seront ainsi réalisées en région parisienne notamment dans le Val-de-Marne (Ivry-sur-Seine) et en Seine-Saint-Denis (Le Blanc-Mesnil, Aubervilliers, Villetaneuse, Saint-Denis…), ainsi qu’en province (Givors). La particularité du collège Pierre Sémard est d’être entièrement réalisé en bois. Offrant de grandes qualités structurelles et esthétiques, ce matériau sera largement employé par l’architecte Iwona Buczkowska au cours de sa carrière

 

le CDI
SP - © CAUE 93
 
LE COLLÈGE DANS LE QUARTIER

Contexte urbain

Situé à l’est de Bobigny, le quartier environnant le collège est fortement impacté par le giratoire Pierre Sémard, un large rond-point distribuant un trafic dense vers des axes routiers importants comme l’autoroute A86, mais aussi l’avenue Paul Vaillant-Couturier et l’avenue Pierre Sémard. Bien qu’implanté dans un quartier essentiellement pavillonnaire, il est également marqué par la présence d’institutions comme le Palais de justice ainsi que par la proximité de la cité Paul Eluard.

 

plan masse
SP - © CAUE 93
 
Desserte, accès

Implanté à l’entrée de la rue Pierre Sémard, le collège à l’aspect insolite se remarque immédiatement. Si sa façade sur rue, légèrement en retrait, est marquante et laisse voir l’architecture particulière du bâtiment, l’étendue de l’établissement reste peu perceptible depuis l’extérieur. Conçu comme « une petite ville à l’intérieur de la ville », le collège ne possédait pas de grille à l’entrée lors de sa construction et le parvis accueillant les élèves était alors un réel prolongement de la rue dans l’enceinte de l’établissement.

 

extérieurs niveau haut
SP - © CAUE 93
 
PARTI ARCHITECTURAL ET URBAIN

Implantation

Le collège est implanté sur une parcelle quasiment rectangulaire et bordé sur trois côtés par de l’habitat pavillonnaire. Sur la rue Pierre Sémard le collège s’aligne avec les bâtiments adjacents et réserve au nord, en fond de parcelle, un espace libre pour les plateaux d’EPS. La composition concentrique du plan masse oriente le bâtiment vers le centre du terrain. L’ouverture au sud permet l’apport de lumière dans les espaces de récréation et de circulation extérieure. À l’ouest de la parcelle, les logements de fonction sont isolés du reste du collège et disposent d’un accès différencié, d’un petit parking et de jardins privés.

 

les logements
SP - © CAUE 93
 
Composition

Le collège est composé de deux ensembles de bâtiments. Le premier, linéaire est une vitrine sur la ville et s’intègre dans son environnement. Le deuxième est un ensemble bâti rayonnant qui se développe autour de la cour de récréation, véritable agora du collège.
La volonté de l’architecte a été de s’affranchir de la ligne droite et de rompre avec l’architecture standardisée et rectiligne des établissements scolaires précédents. Les formes du collège sont ainsi courbes, complexes et généreuses. Une continuité naturelle entre espaces intérieurs et extérieurs est créée grâce notamment au système constructif qui surélève une partie du collège, libérant ainsi le niveau de la cour.
48 arcs en bois lamellé-collé forment une structure étonnante qui semble suspendue au-dessus du sol. L’espace central de la cour se prolonge sous 96 « pieds » ancrés au sol par de discrets éléments en béton. L’ensemble n’est pas sans évoquer une forêt. Le bois est présent dans tous les espaces, intérieurs ou extérieurs. Les toitures arrondies des bâtiments sont en bardeaux de bois, les parements extérieurs en clins de red cedar, et les revêtements intérieurs sont également en bois. L’unité de matière et de couleur du bois aujourd’hui d’un brun patiné contraste avec les éléments de menuiserie jaune et vert qui apportent à l’ensemble des touches colorées et lumineuses.
« Le village », ainsi nommé par les usagers du collège, propose une multitude d’espaces différents, qui permettent déambulations et parcours variés à travers les bâtiments. Les espaces de circulation, souvent lieux de tension dans un collège sont conçus avec soin. Parfois étroits, ils se veulent plutôt coursives ou passerelles que simples couloirs. Ils sont nombreux pour permettre la dispersion des élèves et favoriser les déplacements d’un espace à l’autre, notamment au moment des interclasses.
Une grande importance est donnée aux échappées visuelles sur le paysage environnant. Jouant avec les ouvertures sur l’extérieur et les vues d’un espace à l’autre, l’architecture offre perspectives et angles de vue changeant selon les déplacements. La lumière, filtrée à travers les gradins métalliques, ou abondante lorsque diffusée par des puits de lumière joue aussi un rôle majeur. Elle est une source de confort à l’intérieur du collège.
La multiplicité des volumes donne une impression de bâtiments enchevêtrés à l’infini. Le principe constructif de l’architecture modulaire est ici repris, avec l’utilisation d’une trame et d’un module identiques qui se déclinent pour concevoir les espaces du collège. L’arc de cercle, module de conception unitaire du bâtiment, est démultiplié, superposé, fractionné ou encore entrecroisé.
La variété des volumes bâtis engendre des espaces extérieurs variés dans leurs dispositions et leurs usages. Les terrasses ouvertes surplombant la cour répondent aux lieux discrets que l’on peut trouver à l’arrière d’un des bâtiments ou sous les arcs en bois. Le sol se transforme parfois et ménage quelques marches qui, comme des gradins, accueillent jeux et discussions de groupes d’élèves. Chacun trouve sa place dans une cour de récréation qui offre le choix et l’espace pour s’exprimer, s’installer, seul ou en groupe. S’il est vrai qu’une telle configuration ne permet pas une surveillance sans faille des élèves, elle propose une appropriation riche et évolutive des espaces.


la volumétrie d'ensemble
SP - © CAUE 93
 

la maquette
SP - © CAUE 93
 

la charpente
SP - © CAUE 93
 

la couverture en bardeaux
SP - © CAUE 93
 

le volume du CDI
SP - © CAUE 93
 

distribution
SP - © CAUE 93
 

le hall, détail
SP - © CAUE 93
 

les espaces de détente du personnel
SP - © CAUE 93
 
ORGANISATION DES ESPACES DU COLLÈGE

Côté rue, l’ensemble de bâtiments linéaire accueille à l’étage l’administration et les locaux du personnel enseignant. Au rez-de-chaussée se situe toute la section GRETA du collège (salles de cours et administration), séparant ainsi l’enseignement pour adulte du collège proprement dit. Les salles d’enseignement artistique également situées côté rue Pierre Sémard, sont légèrement à l’écart. On y accède depuis la cour par une coursive extérieure.
Le CDI, point de liaison entre les deux groupes de bâtiments est central dans l’organisation des espaces. Les bâtiments sur pilotis et tournés vers la cour accueillent les salles d’enseignement général et technique. La demi-pension, installée dans un bâtiment différencié, est accessible uniquement depuis la cour.


plan niveau rue
SP - © CAUE 93
 

détails du traitement architectural
SP - © CAUE 93
 

plan niveau cour
SP - © CAUE 93
 

plan de l'étage
SP - © CAUE 93
 
ESPACES INTÉRIEURS

Le hall d’accueil du collège est un espace hors du commun. Une rampe elliptique conduit le visiteur à l’étage qui regroupe l’administration et les locaux des professeurs. Des accès mènent en contre bas, vers la cour et au niveau de la rue, vers les salles d’enseignement et le CDI. Les ouvertures latérales et zénithales baignent l’espace voûté d’une abondante lumière naturelle.
Le CDI, cœur de l’établissement est traité comme son noyau. Les arcs sont utilisés pour offrir un espace circulaire, rayonnant et habillé en bois également à l’intérieur. L’espace y est chaleureux, intime, protecteur, et favorise les moments de lecture et de concentration aussi bien que de détente. De nombreuses baies offrent une vue panoramique sur la cour et créent un espace très lumineux.


l'espace de lecture du CDI
SP - © CAUE 93
 

le hall d'accueil
SP - © CAUE 93
 

 
L'ARCHITECTE DU COLLÈGE

Iwona Buczkowska

Diplômée en 1976, Iwona Buczkowska s’inscrit très vite dans le mouvement architectural initié dans les années 1970 autour de l’architecture modulaire. En opposition avec un habitat standardisé et déshumanisant, elle utilise le bois comme matériau principal de ses réalisations. La cité Pierre Sémard, réalisée entre 1986 et 1992 dans le quartier de la Pièce pointue au Blanc-Mesnil, propose avec ses 225 logements sociaux une forme d’habitat inventive et inhabituelle qui montre un goût hérité entre autres de l’architecte Jean Renaudie pour la ville complexe. Le bois y est partout présent et participe de la sensibilité plastique du projet et du bien être ressenti par les habitants. Iwona Buczkowska a reçu le prix Delarue de l’Académie d’architecture en 1994 pour l’ensemble de son œuvre.

 

 
UN COLLÈGE UNE PERSONNALITÉ

Pierre Semard
1887-1942

Fils d’un cantonnier des chemins de fer, Pierre Sémard devient lui aussi cheminot à l’âge de 15 ans. Il s’engage rapidement dans les luttes syndicales et devient un leader ouvrier de l’Union syndicale des cheminots avant d’être représentant syndical lorsque la SNCF fut créée. Il sera secrétaire général de Parti communiste français de 1924 à 1928. Incarcéré en 1939 à la prison de Fresnes pour infraction au décret interdisant le Parti communiste, Pierre Sémard y écrit plusieurs ouvrages dont un journal de prison. C’est à la prison d’Evreux qu’il est fusillé en 1942 par les autorités allemandes.

 

 
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas