bandeau atlas des collèges
atlas du patrimoine dossiers > atlas des collèges > notice de collège >
COLLÈGE THÉODORE MONOD



5 vieux Chemin de Meaux GAGNY
livraison 2000


programme : collège 600 avec SEGPA
code site IA : 0932311G
autre(s) collège(s) à Gagny : Madame de Sévigné, Pablo Neruda



LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION

Maître d'ouvrage : Département de la Seine-Saint-Denis
Maître d'ouvrage délégué : Sodedat 93
Maîtres d’oeuvre : Christian Laroche, Pierre Morel, Claude Thoreau, architectes
Programmiste : Cabinet Benoît
Bureau d’études : CET
Economiste : Taravella
Entreprise : Brézillon entreprise générale


LE COLLÈGE EN CHIFFRES

Surfaces

surface hors-oeuvre brute : 16360 m2
surface hors-oeuvre nette : 8163 m2
surface utile : 5915 m2
surface du terrain : 14000 m2

Programme détaillé

salles d'enseignement général : 21
salles de sciences : 3
salles de technologie : 4
salle d'informatique : 1
salles d'enseignement artistique : 2
CDI et locaux associés : 128 m2
salle d'EPS : 340 m2
salle polyvalente : 93 m2
demi-pension : 576 m2
préau : 352 m2
cour : 2212 m2
plateau EPS : 1638 m2
logements de fonction : 6

Coûts

coût global de l'opération : 14,1 million €


Le collège Théodore Monod est situé à l’est de Gagny, dans un secteur excentré, à l’interface du quartier d’habitat collectif Jean Bouin, de celui du Chênay, essentiellement pavillonnaire et des anciennes carrières. Un vaste espace boisé recouvre aujourd’hui les carrières, conférant au site situé à flanc de coteau une ambiance à la fois champêtre et insolite.
La construction du nouvel établissement a permis de réduire l’effectif surchargé des collèges Sévigné et Néruda et de rééquilibrer l’implantation des établissements, tous deux situés à l’ouest de la ville. Le secteur est desservi par la gare du Chênay-Gagny

Le collège se donne à lire comme un long et haut volume légèrement incurvé. Son architecture à l’image forte est emblématique de la production des années 1990-2000.
Sa grande façade et son échelle imposantes ainsi que sa monumentalité affichée l’ancrent fortement dans son site tout en contrastant franchement avec l’ambiance rustique du lieu.
L’ordonnancement classique et sobre de la façade principale qui marque un long front bâti sur le domaine public esquisse l’intention de donner une valeur urbaine à la voie le long de laquelle elle s’implante. Si ce parti pris donne au collège une visibilité qui lui permet d’affirmer sa fonction de bâtiment public, son implantation dans un site relativement isolé est quelque peu inattendue).
L’équipement s’organise à partir d’un bâtiment principal de trois niveaux abritant les espaces du collège proprement dit et les logements de fonction (4 niveaux) sur lequel s’articule une aile de deux niveaux accueillant la demi-pension, la SEGPA et des salles de cours. Cette disposition en « T » permet de distribuer les espaces récréatifs et sportifs d’un côté, les accès et cours de service de l’autre. A l’intérieur, le hall sur une triple hauteur est à l’échelle de ce grand bâtiment et, par sa situation au cœur du collège et de sa vie sociale, se veut une agora. Vaste et lumineux, il donne à lire l’organisation de l’établissement : une aile Ouest dédiée à l’administration, aux locaux techniques, pôle médico-social, loge et logement du gardien; une aile Est, réservée à l’enseignement avec les salles de cours aux 1er et 2e étages et le gymnase à rez-de-chaussée.
Le traitement architectural puise pour une part ses références dans l’architecture moderne : puits de lumière évidé en toiture, brise-soleil filant en béton, toiture décollée des murs qui fédère les volumes et fonctions du collège comme un vaste parapluie, façades plutôt lisses et claires, pilotis, menuiseries métalliques sombres. Cependant, l’élément véritablement marquant est la salle polyvalente, ouverte à la fois sur l’établissement et sur la ville. Sa forme, un volume tronconique la fait surnommer par certains « le tipi », ou «la ruche » mais, surtout, elle n’est pas sans évoquer à une échelle plus modeste, une figure géométrique emblématique de l’architecture de Le Corbusier (église de Firminy, assemblée à Chandigarh en Inde, canons à lumière du couvent de la Tourette, etc.).
Dans ce projet les architectes ont privilégié l’orientation et les vues sur l’environnement naturel immédiat et le paysage lointain dont bénéficient en particulier le CDI sur une double hauteur, le restaurant, rotonde vitrée en belvédère, et les salles d’art prolongées par des terrasses ainsi que les logements.
Les matériaux mis en œuvre sont la en pierre en façade, le bois pour la salle polyvalente, le métal pour les fenêtres, les brise-soleil, la rive de toiture et la clôture.

 

façade sur rue, détail
CAUE 93/AP - ©Laroche/Morel/Thoreau
 

entrée
CAUE 93/AP - ©Laroche/Morel/Thoreau
 

entrée et salle polyvalente
CAUE 93/AP - ©Laroche/Morel/Thoreau
 

logements
CAUE 93/AP - ©Laroche/Morel/Thoreau
 

 
UN COLLÈGE UNE PERSONNALITÉ

Théodore Monod
1902-2000

Naturaliste et savant, Théodore Monod est l’un des grands spécialistes des déserts, en particulier du Sahara qu’il parcourt de nombreuses fois à pied. Après l’avoir arpenté pendant plus de 60 ans il le voit pour la dernière fois en 1996 à 94 ans avant de perdre totalement la vue. Ce grand scientifique est aussi théologien et philosophe mais surtout un humaniste engagé, que ce soit contre la collaboration de Vichy dès 1939, ou aux côtés des plus grandes causes du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages tant scientifiques que littéraire.

 

 
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas