bandeau atlas des collèges
atlas du patrimoine dossiers > atlas des collèges > notice de collège >
COLLÈGE ALBERT CAMUS

9 bd de la République NEUILLY-SUR-MARNE
construction du collège 1960
rénovation et extension 1995


programme : collège 450
code site CG93 : 3270002
code site IA : 0931228E
autre(s) collège(s) à Neuilly-sur-Marne : Honoré de Balzac, Georges Braque


CHRONOLOGIE

1960 : construction du collège
1995 : rénovation et extension


LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION

Architectes (1960) : Dominique Bastid et Patrice Bazaud
Maître d'ouvrage (1995) : Département de la Seine-Saint-Denis
Maître d'ouvrage délégué (1995) : Sodedat 93
Architectes (1995) : Dominique Bastid et Patrice Bazaud
Bureau d'études techniques (1995) : COTEC


LE COLLÈGE EN CHIFFRES

Surfaces

surface hors-oeuvre brute : 8425 m2
surface hors-oeuvre nette : 4745 m2
surface utile : 3340 m2
surface du terrain : 19295 m2

Programme détaillé

salles d'enseignement général : 17
salles de sciences : 3
salles de technologie : 2
salle d'informatique : 1
salles d'enseignement artistique : 2
CDI et locaux associés : 214 m2
demi-pension : 295 m2
foyer des élèves : 125 m2
cour : 1030 m2
plateau EPS : 3625 m2
logements de fonction : 4

Coûts : non connus

1995 rénovation et extension

Maître d'ouvrage : Département de la Seine-Saint-Denis
Maître d'ouvrage délégué : Sodedat 93
Architectes : Dominique Bastid et Patrice Bazaud
Bureau d'études techniques : COTEC


LE COLLÈGE DANS LE QUARTIER

situation du collège, contexte urbain

Le collège se situe au sud-ouest de Neuilly-sur-Marne dans le quartier Carnot-République. Cœur administratif de la ville, celui-ci comprend la mairie et ses services, la poste, l’hôtel des impôts, des écoles et le commissariat de police.
Le groupe scolaire Louis-Amiard, voisin du collège, remarquable par le dessin de son fronton courbe, date de 1895, c’est aussi la plus ancienne école de la ville.
Située au sud-est du département, et bordée au sud par la Marne, la commune est également marquée par la présence sur son territoire des deux hôpitaux de Ville-Evrard et de Maison-Blanche, composés d’un patrimoine bâti exceptionnel, et dont les terrains s’étendent sur plus de 100 hectares.

Le terrain sur lequel se situe le collège est bordé au nord par la rue Joliot-Curie et au sud par le boulevard de la République, constituant un repère visuel fort sur ce dernier. Le collège est proche des deux axes principaux de la commune, deux routes nationales : d’une part la RN 34, ancienne route de Paris à Strasbourg, de direction est-ouest qui relie la ville à Paris ; d’autre part la RN 370, axe nord-sud.
Le quartier dans lequel s’inscrit le collège Albert Camus, est caractérisé par un tissu mixte, entouré de secteurs pavillonnaires, avec une forte présence végétale, dûe aux arbres d’alignement le long du boulevard de la République ainsi qu’aux jardins des quelques pavillons encore présents et insérés dans ce secteur composite.


Photo aérienne
SPC - © CG93 - InterAtlas - Cities revealed (licence n° 0393CG93)
 

Inscription urbaine
Romain Mondine - CAUE 93
 

Terrains EPS et environnement urbain
Cecile Katz - © caue 93
 

Plan de masse
CAUE 93 - CRHAB
 
desserte, accès

L’entrée principale du collège se situe boulevard de la République.
Le hall d’accueil en retrait dégage un parvis qui met en scène le collège rénové. Totalement vitré il assure une transparence avec les espaces de la cour.

 

Parvis, détail
Romain Mondine - CAUE 93
 
le programme de rénovation du collège

La construction du collège d’origine date du milieu des années 60.
Le Conseil général a inscrit son extension ainsi que la réhabilitation des bâtiments existants au Programme prévisionnel d’investissement de 1989.
Le programme comprend la création d’un CDI, Centre de documentation et d’information, d’une salle polyvalente, d’un plateau d’EPS (éducation physique et sportive), ainsi que la remise en état du stade.
L’opération de restructuration du collège a été réalisée en site occupé, les classes ayant été installées pendant une partie du chantier dans des bâtiments provisoires à l’emplacement du stade.

 

vue axonométrique
Bazaud - CRHAB
 
PARTI ARCHITECTURAL ET URBAIN

composition architecturale

L’ancien collège - un édifice linéaire et massif en béton sur pilotis, typique des années 60 - reste encore visible dans la composition d’ensemble. Implanté perpendiculairement au boulevard, c’est un bloc orthogonal assez imposant et constituant un repère dans le quartier. Les architectes n’ont pas voulu le dissimuler ou le maquiller. Leur objectif a plutôt consisté à « doter le collège d’une nouvelle image sans renier l’ancienne, mais en y répondant avec humour ». La spécificité du projet réside ainsi dans une approche originale de la volumétrie, qui rompt avec la rigueur de la composition initiale et apporte au collège une dimension ludique et futuriste.
Le projet s’est proposé de contourner l’aspect austère de l’existant pour offrir une nouvelle image, plus éclatée, inspirée d’un jeu de cubes en couleur que les élèves puissent, à travers leur imaginaire, s’approprier plus facilement.
Les volumes sont recomposés à partir d’un jeu sur l’oblique tant pour les bâtiments existants, que pour les nouvelles constructions, tels des prismes métalliques basculés sur l’horizontale et enfoncés dans le sol ou dans le volume principal.
Les architectes ont travaillé leur projet à la manière d’une composition cubiste avec une interpénétration de volumes et un jeu de couleurs. Ils ont placé les logements de fonction au dernier étage sur le toit. Les parois sont percées de hublots en référence à un bateau.


Vue depuis le boulevard
©P. Tourneboeuf
 

La façade ouest
©P. Tourneboeuf
 

vue axonométrique
Bazaud - CRHAB
 

Image 3D du collège
Bazaud - CRHAB
 

Axonométrie générale
CAUE 93 - CRHAB
 
implantation sur le terrain

L’extension propose une réplique de l’ancien édifice : un deuxième corps de bâtiment, d’échelle moins imposante est implanté parallèlement au bâtiment initial. Reliant les deux, le hall d’accueil, constitue l’élément central de la composition.
Les deux parties du bâtiment - l’aile neuve et l’aile réhabilitée - définissent un parvis prolongé par le hall, transparent, ouvert sur la cour.
Le parvis dégagé devant le collège, planté d’arbres, constitue un lieu d’échange avec la ville, et offre à la rue un espace qui permet de canaliser les entrées et sorties des élèves.
La distribution du collège a été réorganisée à partir du hall central vitré dont la transparence de la verrière rend perceptible la vie du collège depuis le boulevard.
Le gymnase est situé à l’arrière du terrain du côté de la rue Joliot-Curie, les parkings et le stade, à l’ouest des terrains.

 

Façade ouest
Romain Mondine - CAUE 93
 
ORGANISATION DES ESPACES DU COLLÈGE

Le bâtiment principal est un bloc orthogonal de béton carrelé posé sur des pilotis massifs et circulaires. Le nouveau bâtiment qui lui est parallèle, plus étroit et moins long, comprend une partie de bâtiment en retour qui vient s’accoler en limite est de la parcelle. L’ouest du terrain étant réservé d’une part aux espaces sportifs, dont un grand stade, d’autre part au stationnement.
Dans les deux corps de bâtiments viennent s’encastrer des prismes métalliques inclinés à 60°. Les volumes inclinés sont en métal laqué « rose cuivre » sur une ossature en acier bleu. Ils accueillent le CDI, le foyer des professeurs, l’administration et les logements de fonction. Les toitures sont en bac acier galvanisé rose et les ouvertures ont la forme de hublots.
Dans le même esprit le hall d’accueil est un cube transparent à la structure métallique élégante « posé » sur une de ses arêtes.

 

La cour
Lejarre/Le Bar Floréal - CG93
 
ESPACES INTÉRIEURS

Le hall d’entrée vitré articule le pôle administratif, la cour et le bâtiment neuf.
Le rez-de-chaussée du bâtiment rénové est resté partiellement ouvert, offrant un préau qui prolonge le parvis devant l’entrée du hall.
A l’extrémité nord a été placé un restaurant pour 100 élèves. A l’autre extrémité, du côté de la rue J. Curie, la loge et le logement du gardien.
Le préau est équipé de casiers pour les élèves.


Plan du rez-de-chaussée
CAUE 93 - CRHAB
 

Liaison entre les 2 bâtiments
Cecile Katz - © caue 93
 

Une salle de classe
©P. Tourneboeuf
 
Le premier et le second étages

Personnalisés chacun par une couleur dense, le bleu ou le vert, ils accueillent les salles banalisées, les classes de sciences et informatique ainsi qu’une salle polyvalente.


Plan du 1er étage
CAUE 93 - CRHAB
 

Plan du 2e étage
CAUE 93 - CRHAB
 

Une salle de classe
Vallorani/Le Bar Floréal - CG93
 
Le troisième étage

Il abrite 4 appartements de fonction. Ils sont placés sur le toit de l’ancien bâtiment. De grandes terrasses prolongent les logements et offrent une vue dégagée au lointain sur le paysage.

 
Le nouveau bâtiment

Le rez-de-chaussée du nouveau bâtiment comporte une salle polyvalente équipée de grandes cloisons ouvrant sur la cour et deux salles de musique. L’une d’elle est réservée à la classe musicale et l’autre est une grande réserve pour les instruments de l’orchestre.
Au 1er étage, le CDI occupe une grande partie de l’étage. Avec ses façades inclinées, l’espace, original, offre plusieurs coins de travail, sortes d’alcôves, éclairées par des hublots et équipées de gradins pour permettre aux élèves de se détendre tout en étudiant. En vis à vis se situe le bureau des professeurs, avec coin lecture en gradin, une kitchenette et une salle fumeurs.
Le 2e étage accueille la salle d’arts plastiques et trois salles d’histoire et géographie. L’éclairage est assuré par des ouvertures zénithales. Ce dispositif correspond à l’interpénétration des deux volumes, horizontal et oblique. Le volume oblique ressort en toiture du volume plan pour former une verrière dans le toit.

 

Le CDI, coin lecture
Cecile Katz - © caue 93
 
MATÉRIAUX ET COULEURS

à l’extérieur

Les toitures du collège sont réalisées en bac acier galvanisé de couleur rose soutenu, pour rappeler la couleur des tuiles de ce quartier pavillonnaire.
La composition d’ensemble est caractérisée par l’emploi de couleurs pour différencier ses divers éléments. Sombre, habillé d’un carrelage brun foncé, le socle est largement vitré avec des menuiseries bleu vif, comme le carrelage recouvrant l’élément vertical abritant l’ascenseur. Les cubes et toits ou pans inclinés sont roses. Les parties horizontales ou verticales sur lesquelles s’accrochent les différents volumes restent blanches, contrastant et accentuant ainsi la composition de couleurs.
Chaque partie de façade est très dessinée. L’entrée, depuis le parvis est signalée par une ligne brisée de couleur rose rappelant les toitures en tuiles du quartier ainsi que les formes familières aux enfants.
Le nouveau bâtiment vient s’adosser au pavillon mitoyen en meulière avec lequel il dialogue : l’élément incliné en façade répondant aux pans inclinés des toitures, la couleur évoquant celle de la tuile.

Sur le toit de l’ancien bâtiment sont posés trois volumes accolés, décalés les uns par rapport aux autres, et positionnés de manière aléatoire rappelant ainsi le jeu des toitures des petits pavillons caractéristique de la banlieue. La structure de ces extensions est formée par des refends en béton triangulaires.

Les architectes ont réalisé une composition cubiste avec une interpénétration de volumes et un jeu des couleurs, en travaillant principalement sur l’oblique, qui n’est pas sans évoquer les tableaux de Mondrian, composition qu’ils déclinent à partir de formes réduites à des rectangles et de quelques couleurs, placées dans une trame orthogonale


Facade sur le boulevard
Bazaud - CRHAB
 

Façade sur le boulevard de la République
©P. Tourneboeuf
 

La façade ouest
©P. Tourneboeuf
 

Bâtiment existant
Bazaud - CRHAB
 
à l’intérieur

A l’intérieur du hall, les architectes ont personnalisé chacun des deux étages avec une couleur vive : bleu ou vert.
Une profusion de matériaux est utilisée avec un revêtement mural, des huisseries en bois, des portes marbrées, des panneaux muraux en liège et des rideaux opaques pour les fenêtres des classes, des patères assorties à la couleur de l’étage.
Le carrelage remonte sur le côté des murs dans les salles de sciences pour faciliter le nettoyage. Au rez-de-chaussée les salles s’animent grâce aux couleurs mais aussi à la transformation des volumes par l’ajout des pans inclinés et des hublots, éveillant ainsi les enfants à la perception de l’espace, par la variété des formes et des couleurs.

La cantine est un espace chaleureux et polychrome, couvert également d’une toiture en bac acier galvanisé rose sombre, percée de hublots, sur une ossature en acier bleu. Le sol est en dalles plastiques de couleur verte et bleue.

 

Le CDI
©P. Tourneboeuf
 

Demi-pension
Cecile Katz - © caue 93
 

 
LES ARCHITECTES DU COLLÈGE

Dominique Bastid et Patrice Bazaud, CRHAB architecture

Lauréats du PAN (Programme Architecture Nouvelle) en 1973, ils fondent leur agence en 1974, avec Michel Gravayat et réalisent leurs premiers projets : un centre artisanal de 22 ateliers à Evry, et 150 logements HLM à Fécamp. Cette réalisation en centre ancien traduit la volonté d’une architecture imprégnée de son contexte et ouverte à la diversité des usages. Le recours à une charpente métallique pour des logements collectifs, exceptionnel en 1975, permet une adaptation des bâtiments aux contours complexes du terrain disponible.
Le logement social constituera une part constante dans la production de l’agence (logements neufs, puis réhabilitations). Un principe de façade en filière sèche (bois ou métal), aux performances thermiques élevées, est expérimenté sur plusieurs opérations depuis 1982.
En 1982, le concours (perdu) pour l’école d’architecture de Normandie dans une ancienne usine textile constitue une intervention novatrice de reconversion d’un bâtiment industriel. Suivront plusieurs reconversions, en marché public ou privé, notamment: école d’architecture de Strasbourg (concours,1982), siège de la société Ormodent à Montreuil (1987), Chambre Régionale des Comptes de Poitou-Charente, en (1991), collège Albert Camus (1995), ancienne usine Gibbs à Saint-Denis (1995), restructuration de bureaux pour la SNCF à Paris 2003.
Parallèlement, l’agence réalise des opérations de logements : 49 PAP à Moissy Cramayel (1982), 91 logements PAP et PLA au Vaudreuil (1982), 82 logements PAP et PLA à Guyancourt (1987), 72 logements PLA et PC à Drancy, 16 logements à Juvisy (1996), 33 logements PLUS à Bastia (2005).
En 1992, l’équipe est chargée de l’étude la ZAC de la Montjoie (avec Luc et Yves Euvremer), première étude urbaine sur la Plaine Saint-Denis. Elle y réalise ensuite deux bâtiments tertiaires (1995). Elle a par ailleurs réalisé un Centre d’Activité à Dourdan (1987) et l’Hôtel de Police de Sens (1996).
Entre 2005 et 2007, les architectes interviennent dans le cadre de l’OPAH de Cergy sur plusieurs réhabilitations d’ensembles de logements.
Patrice Bazaud enseigne le projet en école d’architecture. Il est aussi vice-président de l’association ARCHINOV

 

 
UN COLLÈGE UNE PERSONNALITÉ

Albert Camus
1913-1960

Né en Algérie au sein d’une famille modeste, orphelin de père, Albert Camus obtient son bac en 1932 et entreprend des études de philosophie. La tuberculose l’empêche de passer son agrégation. En 1935 il adhère au Parti communiste qu’il quitte en 1937. A la même époque il fonde et anime la troupe du Théâtre du travail afin de mettre les œuvres dramatiques classiques et contemporaines à la portée d’un public populaire et le plus large possible. A partir de 1938, il exerce une activité de journaliste, d’abord à Alger puis à Paris, où il s’installe définitivement en 1942. Cette année-là il publie « l’Etranger » et le « Mythe de Sisyphe » chez Gallimard. Camus fut très actif dans la Résistance au sein du mouvement Combat. En 1944 il rencontre Jean-Paul Sartre.
Le roman « La peste » est publié en 1947 et connaît un grand succès.
Ses œuvres, marquées par la réflexion philosophique et politique, s’articulent autour des thèmes de l’absurde et de la révolte, mais aussi de l’humanisme. En 1957, il obtient le prix Nobel de littérature. Trois ans plus tard, il meurt tragiquement dans un accident de voiture.

 

 

1-3 sur 34 images


page 1 sur 12
 
page 1 sur 12
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas