bandeau atlas des collèges
atlas du patrimoine dossiers > atlas des collèges > notice de collège >
COLLÈGE JACQUES PRÉVERT


35 Boulevard Gambetta ; annexe : 6 Bd Gambetta NOISY-LE-SEC
1947-1961
réhabilitation-extension 2012


programme d'origine : groupe scolaire
programme actuel : annexe 400
code site IA : 0931610V
autre(s) collège(s) à Noisy-le-Sec : Olympe de Gouges, René Cassin


CHRONOLOGIE

1889 : construction d’une école élémentaire de filles à l’emplacement de l’actuelle annexe
1895 : création d’un cours complémentaire et d’une classe enfantine
1910 : agrandissement par Barrois, architecte communal
1914 : l’école accueille l’état-major du général Maunoury
1932 : surélévation de l’école
1944 : les bombardements du 18 avril endommagent lourdement l’école
1947-1961 : reconstruction de l’école Gambetta
1962 : installation progressive de classes de CEG*
1970 : création d’un CES* dans l’école Gambetta dans l’attente du CES « Dombasle »
1977 : ouverture du CES « Dombasle » qui devient le collège Jacques Prévert, l’école Gambetta en devient l’annexe
2002 : première rénovation
2012 : réhabilitation-extension


LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION

Maître d’ouvrage (1977) : Ministère de l’Education nationale
Architecte (1977) : Ivan Santeff
Entreprise (1977) : Coignet
Maître d’ouvrage (2012) : Département de la Seine-Saint-Denis
Architectes (2012) : Agence VEA, Ignace Grifo, Julien Fortier-Durand
Entreprises (2012) : Eiffage, STEPC, Brunier, SNTPP
Artiste 1% (2012) : Laurent Saksik, sculptures métalliques


LE COLLÈGE EN CHIFFRES

Surfaces

surface hors-oeuvre nette : 4177 m2
surface utile : 2515 m2
surface du terrain : 5440 m2

Programme détaillé

salles d'enseignement général : 13
salles de sciences : 3
salles de technologie : 2
salle d'informatique : 1
salles d'enseignement artistique : 2
CDI et locaux associés : 131 m2
salle d'EPS : 215 m2
demi-pension : hors site
foyer des élèves : 64 m2
préau : 200 m2
cour : 1350 m2
plateau EPS : 1250 m2
logements de fonction : 1

Coûts

coût global de l'opération : 13 millions €
coût des travaux : 9221943 €


UN COLLÈGE SUR DEUX SITES

Le collège Jacques-Prévert est implanté sur deux sites distants d’environ 200m. « Dombasle » est le site principal et « Gambetta », l’annexe. Un peu à l’écart en secteur pavillonnaire, le site principal, un collège 600 (capacité théorique initiale) avec SEGPA a été livré en 1977. L’annexe Gambetta se situe au centre-ville dans une zone urbaine plus dense proche de la gare du RER un secteur résidentiel paisible de maisons de ville et de petits immeubles. C’est à l’origine une école élémentaire de filles crée en 1889 à laquelle sont rapidement adjoints un cours complémentaire* et une classe enfantine. Lors de la Première Guerre mondiale, le 3 septembre 1914, l’école accueille une partie de l'état-major du général Maunoury qui prépare l'offensive de la Marne. Par la suite lors de la Seconde Guerre mondiale, l’établissement est lourdement endommagé par les bombardements du 18 avril 1944. Reconstruit après guerre, il n’est véritablement achevé qu’en 1961. Il reçoit alors progressivement des classes de CEG (collège d’enseignement général). En 1970 il devient un CES (collège d’enseignement secondaire) à part entière dans l’attente de la construction du CES Dombasle, dénommé collège Jacques Prévert en 1977 et dont il sera désormais l’annexe.

 

2012 réhabilitation-extension

Maître d’ouvrage : Département de la Seine-Saint-Denis
Architectes : Agence VEA, Ignace Grifo, Julien Fortier-Durand
Entreprises : Eiffage, STEPC, Brunier, SNTPP
Artiste 1% : Laurent Saksik, sculptures métalliques


UNE NOUVELLE IDENTITÉ POUR L’ANNEXE DU COLLÈGE

L’actuel programme de réhabilitation-extension a pour objectif principal d’améliorer la fonctionnalité des locaux tout en offrant une nouvelle identité au collège. L’extension est ainsi un bâtiment au traitement contemporain qui accueille l’administration, le CDI, les locaux des agents, les salles de sciences et d’enseignement artistique, et une salle informatique. Les bâtiments existants, restructurés et mis aux normes, reçoivent les salles d’enseignement général, de sport, la vie scolaire ainsi qu’un nouveau préau. Le bloc sanitaire collectif est réaménagé et un ensemble vestiaire/douches créé à l’occasion pour l’EPS.
La liaison entre l’extension et l’existant est traitée par un espace largement vitré abritant le hall d’accueil sur une double hauteur et offrant des transparences entre le parvis et la cour.
L’extension est un bâtiment « épais » dont la façade courbe permet de dégager un parvis et de rejoindre le bâtiment existant, implanté en biais par rapport à la rue, tandis que l’alignement est marqué par une clôture en ferronnerie sur muret. Le soubassement du nouveau bâtiment est traité en céramique sombre qui matérialise franchement son assise en la rendant lisible, tandis que les deux étages, décollés du socle par un bandeau vitré, reçoivent un parement* de brique claire. De volumétrie simple, avec des horizontales marquées (fenêtres bandeau simplement atténuées par quelques percements en allège) l’extension affirme une architecture résolument contemporaine.
L’épaisseur du bâtiment permet un traitement soigné du pignon où une grande baie soulignée par un cadre en béton joue le rôle d’un signal. Une lisse* horizontale en béton détachée de l’acrotère* et filant le long de celle-ci, souligne et allège le couronnement* du bâtiment neuf.
Le traitement du bâtiment existant qui développe une aile en équerre sur 2 niveaux respecte leur facture d’origine de style moderne (pas de décor, lignes épurées, etc.). Sur rue, il présente une façade lisse aux percements réguliers aux lignes épurées, et dont le seul décor met l’accent sur ce qui était anciennement l’entrée.
Les bâtiments existants sont isolés par l’intérieur afin de conserver l’identité de leurs façades qui ont été ravalées (enduit clair et gris et menuiseries blanches). Côté cour un préau-galerie rapporté offre une circulation extérieure protégée. Les façades du bâtiment neuf sont traitées avec des matériaux traditionnels mis en œuvre de manière très contemporaine : soubassement de type pierre, brique claire en étage sur isolation thermique extérieure (ITE), bois, verre et béton poli


plan du rez-de-chaussée
© VEA
 

plan masse
© VEA
 

plan du 1er étage
© VEA
 

plan du 2e étage
© VEA
 

détail façade sur boulevard
© VEA
 
UNE DÉMARCHE DE HAUTE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Un des enjeux du projet a également consisté à intégrer une réflexion sur le développement durable pour offrir un bâtiment à très haute performance énergétique (THPE) avec chaufferie gaz, panneaux photovoltaïques et thermiques, récupération des eaux de pluie pour les sanitaires des élèves.
L’opération a fait l’objet d’une démarche de haute qualité environnementale approfondie mais sans certification. Les cibles traitées à un niveau approfondi sont au nombre de 5 :
Cible n°3 Chantier à faible impact environnemental (charte de chantier à faible nuisance, valorisation de 50% au moins des déchets de chantier, maîtrise des consommations)
Cible n°4 Gestion de l’énergie (objectif THPE au sens le RT2005)
Cible n°5 Gestion de l’eau (récupération de l’eau pluviale couvrant 70% des besoins du bloc sanitaire)
Cible n°8 Confort hygrothermique (ventilation double-flux dans l’ensemble des locaux)
Cible n°10 Confort visuel (FLJ > 2% en tout point des locaux d’enseignement et de travail

 

salle de classe
L'image contemporaine - CG93/EIFFAGE
 

circulations détail
L'image contemporaine - CG93/EIFFAGE
 

 
LES ARCHITECTES DU COLLÈGE

Agence VEA Ignace Grifo et Julien Fortier-Durand

Lauréat en 1989 de l’Académie de France à Rome, la Villa Médicis, I. Grifo a installé son agence à Ivry-sur-Seine (94). J. Fortier-Durand, collaborateur depuis 2006, est aujourd’hui associé. Le projet urbain est un élément essentiel de leur travail notamment les relations entre les bâtiments et leurs lieux d’insertion. Leurs réalisations – aussi bien créations que réhabilitations - couvrent un champ assez large: logements, activités, commerces, bureaux, équipements de santé et scolaires – écoles, collèges et lycées – pour la plupart en Île de France. En Seine-Saint-Denis ils ont réalisé, à Saint-Denis outre le collège Fabien, un Centre de Loisirs au Landy ainsi que 95 logements en accession, à Dugny la halle du marché couvert, à Montreuil 40 logements rue de Paris, à Bagnolet, la Maison du Patrimoine.

 

 

1-3 sur 18 images


page 1 sur 6
 
page 1 sur 6
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas