bandeau matériauthèque
atlas du patrimoine dossiers > matériauthèque > materiau >
aluminium platre beton terre

La terre cuite architecturale, un matériau ancien réinventé par la révolution industrielle (en savoir plus)

test
légende : Lacroux, La brique ordinaire, 1878
Employée couramment depuis l'Antiquité, la céramique architecturale, résultat de la cuisson de l'argile sous forme de brique, tuile ou carreau de céramique, est le plus ancien matériau artificiel de construction. L'Ile-de-France, qui bénéficie d'un sous-sol riche en pierre à bâtir, n'a guère connu d'architecture vernaculaire en brique.

Il faut attendre les transformations profondes du mode de fabrication au XIXe siècle pour voir s'y répandre la céramique dans l'architecture. Les progrès de la mécanisation adaptent le matériau traditionnel pour en faire un produit économique et standardisé. Son succès est amplifié par la redécouverte de la polychromie en architecture, puis par la naissance du style Art Nouveau à la fin du siècle. Couramment employée à la fois dans le gros et le second œuvre (murs, voûtes, planchers, cheminées etc.), la brique ainsi que les ornements rapportés en céramiques se déploient également en façade, dans une profusion de figures, tout type d'édifice confondu. Leur emploi contribue ainsi à caractériser les paysages de la banlieue, qui se construisent entre le dernier tiers du XIXe siècle et la fin de l'entre-deux-guerres : paysages industriels et de faubourg, architectures publiques hygiénistes, architecture industrielle aux accents art déco. Matériau emblématique et riche en ressources, il trouve, après une relative éclipse depuis la Seconde Guerre mondiale, un nouvel élan à travers l'œuvre de certains architectes.
resterrebib resterreico resterresit
 
 
 
 
Accueil

Outils Plan du site Contacts / Crédits / Mentions légales
 
cadre bas